jeudi 6 août 2020

Le manoir de Crampoisic, lieu de rencontre protestant 1966-2020

 


Dépliant pour des rencontres bibliques à Crampoisic
en 2004-2005



Le magnifique manoir de Crampoisic, situé sur la commune de St Mayeux, a beaucoup été utilisé comme lieu d'une colonie de vacances pour les enfants des familles protestantes. Il a également servi pour des activités de stages et de rencontres. Il a été acheté en 1966.
Sachez aussi que "crampoisic" veut dire "petite crèpe" en breton !


Les débuts à Crampoisic


Au départ, le manoir était loué, grâce à au contact de Monsieur Masson, entrepreneur à Pontivy et membre de l’église protestante. Pour pérenniser cette œuvre, le Comité Protestant de Colonies de Vacances de Bretagne a été créé. Pour la première fois, en 1952, pour la Pentecôte, le bâtiment est loué et un groupe de jeunes a retroussé ses manches afin d'aménager les locaux. En août s'y déroule une colonie de vacances. M et Mme Marquer prennent la direction de la colonie de Camproisic en juillet 1955. Madame Marquer est à la fois intendante, infirmière, lingère et tout ça avec deux enfants en bas âge !

Jacqueline Roux-Marquer, fille du pasteur Paul Marquer se souvient de cette période des débuts de Crampoisic :
"Nous avons passé des dimanches dans la poussière de ce château pour nettoyer, trier et malheureusement pour jeter beaucoup de vieilleries. Cette grande maison somptueuse allait devenir un lieu de colonies mémorables. De Crampoisic, nous marchions jusqu'au Lac de Guerlédan pour aller y nager...
Les colonies étaient animées comme des camps scouts : lever des couleurs, services partagés, grands jeux à thèmes".



Le pasteur Paul Marquer, tout à fait à gauche, pour le lever des couleurs. Photo Jacqueline Roux-Marquer



Le manoir de Crampoisic est utilisé pour les rencontres avec les autres paroisses comme celles de St Malo, St Servan et Brest mais parfois les groupes viennent d'autres régions, comme en août 1955 où le manoir est loué par l'Eglise Pentecôtiste de Rouen qui va y installer sa colonie de vacances.

Jacqueline Marquer évoque aussi dans ses souvenirs un été où le thème était celui des Gaulois et des Romains. Les petites montagnes des environs étaient appelées Alésia et Gergovie. Le cheval de Vercingétorix avait été emprunté à la ferme voisine !


Gergovie en Bretagne ! Photo Jacqueline Roux-Marquer




Pierre Zerna (Vercingétorix) sur son cheval



A la suite du pasteur Paul Marquer, les activités continuent à Crampoisic.
En juillet 1964, des groupes de jeunes sont réunis et c'est le pasteur Jean-Marc Kieffer qui dirige les opérations (Lien pour voir d'autres photos de 1964)


1964. Le pasteur J.M Kieffer à droite.


En 1965, la Croix bleue se réunit à Crampoisic sous la direction du pasteur Albert Trubert, un des premiers utilisateurs de Crampoisic dans le cadre d'activités protestantes (lien pour voir d'autres photos de 1965)

1965. Réunion de la Croix bleue avec le pasteur Albert Trubert de Lorient (cheveux en brosse, au milieu de la photo) et son épouse à sa droite.



En juillet 1965, le manoir est loué : une soirée est présentée par un groupe de jeunes Eclaireurs de Nîmes et une kermesse est organisée avec un beau stand de pêche à la ligne !
(lien pour voir d'autres photos de juillet 1965)


1965. La kermesse du mois de juillet






L'achat du manoir en 1966

Le vendredi 18 mars 1955, le conseil presbytéral avait émis le souhait d’acheter cette propriété. C'est chose faite dix ans plus tard, seulement en 1966, grâce à des dons venus de toutes les églises de Bretagne. L'association appelée "Comité Protestant des Centres de Vacances de Bretagne" va gérer ce centre.

 
Mars 1966 Crampoisic, assemblée générale des protestants, les voitures viennent du 22, 35, 29 et 56 !


Mars 1966 vue du manoir de Crampoisic, assemblée générale des protestants
Mars 1966 Crampoisic, assemblée générale des protestants (Erling Hansen debout).
Mars 1966 Crampoisic. Assemblée annuelle de la Société d' Evangélisation de Bretagne :
M. Koechlin trésorier, à sa droite le docteur Hansen, tout à fait à droite, Ernest Prigent (père de Pierre Prigent)
Mars 1966 Crampoisic, assemblée générale des protestants. Discours de J.M Kieffer, à sa droite au fond, Ernest Prigent et à la gauche de J.M Kieffer, Jack Alger de St Brieuc, président très actif de l'association. Les bras croisés avec des lunettes noires, c'est Erling Hansen, ses parents sont derrière lui. Tout à fait à droite, adossé à l'arbre, le pasteur Faure.
Mars 1966 Crampoisic, assemblée générale des protestants et pique-nique.

(Lien pour voir d'autres photos de mars 1966)

Mais à la question "Qu'est-ce que Crampoisic aujourd'hui?", donc au moment de l'achat en 1966, un article publié dans "Le protestant Atlantique" nous en donne une petite idée : 
"C'est une vieille maison en très mauvais état, dont le toit est à refaire, dont les possibilités en eau ne suffisent pas aux deux mois de colonies qui s'y tiennent chaque année. L'absence de chauffage en empêche l'utilisation en hiver. La cuisine n'est pas des plus modernes !" mais "de l'avis des moniteurs de la colonie M et Mme Martineau, Crampoisic est un coin rêvé pour une colonie de vacances [...] Certes on est loin d'y trouver le confort mais d'un autre côté, dans le cadre de cette vieille maison pleine de mystères, peut se développer [...] un sympathique climat familial. Crampoisic, c'est aussi un parc de 3 hectares avec quelques arbres, des buissons et beaucoup de ronces." 

En juillet 1966, débroussaillage...






Crampoisic, un manoir à restaurer. 1966

Crampoisic, un lieu d'échanges. 1966


En 1970, une kermesse regroupe de nombreuses personnes.
(lien pour voir d'autres photos de 1970)





Kermesse en 1970 à Crampoisic


Les travaux

En 1972, des recettes conséquentes vont permettre d'envisager d'importants travaux. Ces recettes sont constituées :
-de collectes effectuées dans les paroisses (Brest, Quimper, St Brieuc, Rennes, Lorient, Vannes)
-de dons
-de subventions (jeunesse et Sports, Département, Ville de St Brieuc, Caisse d'Allocations Familiales, C.N.A.F) 

De nombreux travaux sont donc effectués en 72 : intervention de plâtriers, pose de fenêtres de toit, pose de lavabos dans toutes les chambres par un plombier, remplacement du plancher bois par un plancher béton, installation d'une chaudière pour l'eau chaude etc. Un groupe de 12 personnes de Lorient et Vannes a tout remis en ordre après l'intervention des artisans. 
Plusieurs membres de la paroisse de St Brieuc sont impliqués dans le Conseil d'Administration (M et Mme Alger, M et Mme Fischer, M et Mme Blanc, M. Prigent).



Plan pour se rendre à Crampoisic. Archives du temple de St Brieuc.



Le public accueilli

L'année 1972 marque une forte progression du développement de Cramposic. les travaux rendent le lieu plus attractif qui est maintenant occupé 9 mois sur 12. A Pâques et en juillet et août, l'occupation est à temps complet. Différents groupes protestants trouvent un lieu qu'ils jugent très agréable et central en Bretagne, citons La Croix Bleue, les groupes de jeunes ou d'adultes des différentes paroisses protestantes de Bretagne, des groupes de touristes comme celui de 50 personnes d'Alès. A noter aussi qu'une session organisée par le Service Civil International  a reçu 47 enfants irlandais...

En août 1973 des enfants de 12 à 15, moitié d'Irlandais et moitié d'Anglais se retrouvent à Crampoisic.
En juillet 1974, le centre accueille 60 enfants et 15 adultes font fonctionner le centre : 8 moniteurs, 1 directeur, 1 directeur adjoint, 1 cuisinier, 4 aides. Tous sont rémunérés.
En novembre 1977, les protestants disséminés de St Brieuc et Perros-Lannion se retrouvent pour une journée au manoir. Le principe d'une journée de rencontre par mois est mis en place avec l'ouverture possible aux personnes d'autres paroisses. 

Les participants d'une rencontre à Crampoisic

Un lieu de vie et de rencontres


En janvier 1978, le Comité Protestant des Centres de Vacances de Bretagne tient son assemblée générale à Crampoisic. C'est cette association qui gère le manoir. Un débat s'engage sur le nom de l'association. Le problème de fond qui est posé est de faire disparaitre ou non l'étiquette protestante trop visible et qui empêche de bénéficier de subventions de la Jeunesse et des Sports ou de la Caisse d'Allocations Familiales. Dans le soucis d'accroitre l'audience, le changement de nom est décidé. L'association propriétaire du manoir s'appelle désormais "Crampoisic, vacances, loisirs". 
Il faut absolument moderniser ce lieu, alors, intervenant auprès de son ministère de tutelle, le Dr Hansen, comme médecin inspecteur départemental de la Jeunesse et des Sports obtient d'importantes subventions.
En 1978, c'est un grand pas pour plus de confort avec l'installation du chauffage central. Un bon chauffage permet de se réunir toute l'année dans de bonnes conditions et ça tombe bien car une fois par mois le manoir est le lieu de rassemblement de différents groupes (jeunes, école biblique, formations...). C'est aussi un endroit où l'on peut expérimenter "une vie communautaire". Une idée tout à fait dans l'air du temps dans les années 70-80. Le compte-rendu du conseil presbytéral du 19 juillet 1979 évoque bien cet "art de vivre " à Crampoisic : "Pourquoi se plait-on à Crampoisic? entres autres raisons, parce qu'il est possible d'y venir en famille, que la relation y est plus aisée qu'ailleurs et surtout que l'on peut s'exprimer tout en ayant la certitude d'être écouté."
Les réunions du Consistoire (région) trouve un lieu idéal et central. Par exemple en mars 1981, le pasteur Bernard Charles y développe devant cette assemblée ses idées sur l’évangélisation. En mai 1981 se déroule une grande réunion avec différentes associations invitées sur le thème "Bretagne-Tiers monde, quelles missions?"

A une époque où le Consistoire était sur le point de vendre le manoir de Crampoisic (assez délabré), le pasteur Guy Froment (1985-1993) s'est saisi du dossier. Il a démontré que ce bâtiment, restauré et mis aux normes de sécurité, pouvait par sa position centrale se révéler encore d'une grande utilité pour l'ensemble des paroisses bretonnes.

L'été 1991 est particulièrement animé avec pour la seconde année consécutive, le pasteur Christophe Desplanque et une petite équipe qui ont encadré un camp de jeunes en juillet. En 10 jours, ils ont monté un spectacle sur l'Evangile et l'ont joué gratuitement à Quintin, Mur de Bretagne et Pontivy.
En août, cinquante jeunes de l'Union Chrétienne ont séjourné et beaucoup apprécié ce qu'ils appelaient "le château".
Et le manoir ne va pas sombrer dans le sommeil de si tôt car les sept paroisses de l'Eglise Réformée de Bretagne se sont mises d'accord pour que les jeunes se retrouvent lors de cinq journées de rencontres en 91-92.
Pendant l'été 1992, d'autres groupes font vivre le lieu : un groupe de Luxembourgeois de la Jeunesse étudiante catholique puis une quarantaine d'adolescents Allemands et enfin un camp d'éclaireurs unionistes de Livron-Auriol



Le manoir vu du parc. Photo site Crampoisic


Des difficultés à l'horizon

En juin 1992, coup de massue : la commission préfectorale de sécurité donne un avis défavorable quant aux normes de sécurité et établit la liste des mesures à prendre. En juillet, c'est logiquement que le Directeur départemental de la Jeunesse et des Sports suspend l'agrément pour l'hébergement des mineurs.
De 92 à 94, avec les conseils de l'architecte M. Chareire, les responsables de Crampoizic lancent une opération de financement des travaux de sécurité et de mises aux normes nécessaires. Des subventions sont demandées mais les dossiers sont bloqués.
Il faut donc se passer des subventions et compter sur la générosité des donateurs. Le pari est réussi puisque dix-huit personnes s'engagent à faire un prêt à l'association.
Les travaux les plus importants peuvent donc être effectués sur le début de l'année 95. Et le 25 juillet 95, quand la commission de sécurité se réunit sur le site, elle constate que les portes coupe-feux sont installées, les détecteurs de fumées et les alarmes sont en place. L'accord est donné pour ouvrir au public.

En 1996, les projets repartent car les questions matérielles sont en passe d'être résolues. Le conseil d'administration est largement renouvelé, en plus des piliers comme Guy Froment, Elisabeth Letournel, Charles Destouches, Jacques Sire et Daniel Homburger, plusieurs nouveaux viennent renforcer l'équipe : Jean-René Bouet, Liliane Chateau, Yvonne David, André de Kerpezdron, Jean-Jacques D'Hem, Mme Gothel, M. Petitot et Armand Schluchter.






Crampoisic Vacances loisirs (CVL)

L'association CVL gère le domaine avec de modestes moyens financiers et en personnels. Dans les années 2000, c'est surtout avec beaucoup de bénévolat que les diverses manifestations peuvent se dérouler dans d'assez bonnes conditions. Mais il faut sans cesse entretenir les bâtiments (17 chambres pouvant loger 60 enfants, 3 grandes salles communes et une cuisine) et le parc de 3 hectares est vite envahi par la végétation. 

Un temps fort de Crampoisic est chaque année (jusqu'en 2004) le traditionnel rassemblement des paroissiens protestants de Bretagne, le jeudi de l'Ascension. Les réunions des instances régionales (le Consistoire) continuent de s'y dérouler avec beaucoup de régularité, comme les camps de vacances, diverses formations...

En 2010, la responsable "historique" de l'entretien, Emmanuelle Bourel doit déménager vers Laval. Ce maillon essentiel est un coup dur pour l'équipe de CVL. Alain Borderon de Vannes accepte de prendre la suite dans la mesure de ses disponibilités.
Le conseil d'administration est constitué en 2010 des personnes suivantes :
présidente Clémence Seyrig, vice-président Jean Le Teuff, trésorier Maurice Alain Baillergeau.


Des bénévoles autour de la présidente Clémence Seyrig. Le Télégramme. Mai 2010


C'est une période où les paroisses de Bretagne s'interrogent sur leur engagement dans cette structure.

En 2016, le manoir finira par cesser ses activités et sera mis en vente.

La dissolution de l'association est intervenue le 8 février 2020 après la vente du bâtiment. le produit de cette vente a été versé à la Fondation du Protestantisme.


Témoignage

Gilles Pennec nous a contacté en mars 2020 pour nous faire part d'un souvenir de Crampoisic :

"J'ai eu l'occasion de faire un stage audiovisuel d'une semaine dans le cadre du BAFA, un stage organisé par le CPCV à Crampoisic, et très bien organisé. C'était en février 1978, il avait neigé pendant une partie de la semaine. J'ai un souvenir très marquant de cette formation, très formateur pour moi également humainement (je ne pourrais plus dire de quelle manière, c'est juste mon ressenti) à une époque où j'avais 18 ans et où ma vie d'adulte commençait. J'ai quelques photos de paysages enneigés des alentours du manoir, résultat de nos travaux photos... Nous avions fait des montages diapos dont j'ai gardé un bon souvenir.
Je me rappelle que les stagiaires n'étaient pas protestants, seulement les encadrants, il me semble qu'un ou deux d'entre eux était venu de Toulouse".




Sources :
Archives de la paroisse de St Brieuc
Collection de la revue Le lien 
Diapositives personnelles (numérisées) du pasteur Jean-Marc Kieffer et transmises par ses soins en septembre 2019.
Photos de Jacqueline Roux-Marquer, fille du pasteur Paul Marquer (année 1947 à 1961)



Lien pour accéder au site du manoir de Crampoisic



Aucun commentaire:

Publier un commentaire