jeudi 6 août 2020

Les protestants à Etables-sur-mer 1954-2007



Le temple protestant d'Etables sur mer (22).


Les premiers protestants d’Étables

Dans les années 40, un culte saisonnier est organisé en juillet et en août à Étables-sur-Mer, nous  n'avons pas la trace écrite du lieu exact. Par contre on sait que des rencontres étaient organisées autour d'un groupe bien identifié, regroupant jusqu'à 17 personnes en 1942 :

Mlles Eleanore Scott, Blanc et Hélène Babut, résidant au lieu-dit "Le Courtil"
Madame Diethelm, résidant au lieu-dit "Le Clos St Jean"
Mme Soustre (2), Villa de l'étoile à Binic
Ginies (3)
Morel (2)
Mlle Remille
M et Mme Duvinage (5)

Remarques :

La famille Duvinage habite alors route de Plourhan à Binic. Le père de famille est Gaston, Mme Duvinage est née Vandenberghe, Claude, qui partira à Dieppe en 1960, et Georges Duvinage font également partie de la famille. M et Mme Duvinage partiront à Lannion en 1960 après avoir beaucoup oeuvré pour la communauté.

La famille Diethelm est originaire de Paris. On retrouve, dans le registre des inhumations de la paroisse de St Brieuc, une trace des obsèques de Mme Diethelm, 73 ans, présidées par le pasteur Théophile Roux au Temple de St Brieuc, le mardi 11 janvier 1919 à 11h. Le décès est enregistré le 9 janvier. Le pasteur note dans son registre que le fils et la fille (M. Edouard Diethelm, 99 bld de Montmorency à Paris) a passé deux saisons aux rosaires et souhaite s'établir à Étables.


Des archives mentionnent aussi par exemple, en 1945, des réunions mensuelles chez Mlles Eleanor Scott et Babut, au lieu-dit "le Courtil". En hiver on note en moyenne de 5 à 10 présents en hiver pour l'année 1946 et une quinzaine en été. Il y a aussi une école du jeudi avec 3 enfants. On peut dire, sans une certitude absolue, que les protestants d’Étables se réunissaient peut-être déjà au Courtil depuis le début des années 40.


En 1948, une "salle de danse" est louée mais à Binic. Douze personnes sont membres de l’Église Réformée. Maurice Géniès et son épouse, ainsi que Hélène Babut, sont les trois membres responsables de l’Église. Ils habitent Étables. Notons aussi que Marie (Scott-Babut) Thuet, née le 20 mai 1920 à Paris 13e, est domiciliée également au lieu-dit "le Courtil" à Étables. Marie (Jeanne Hélène) Thuet, institutrice, se marie le 31 août 1946 au temple de St Brieuc avec Léon Guguenheim, né à Paris 17e le 15 juin 1911. La cérémonie est présidée par le pasteur Barre et le pasteur Henri Whelpton.
Un autre couple demeurant à Étables se marie également au temple de St Brieuc le 17 mai 1948. Il s'agit de Émile Coignard, né le 29 mars 1920 à St Quay-Portrieux, secrétaire de mairie et de Marguerite Géniès, née le 19 novembre 1925 à Courbevoie.

En mars 1949 avec l'aide du pasteur Rainaud se tiennent deux réunions publiques à Étables et Binic.
En 1950, les effectifs grossissent en été, entre 35 et 55 personnes. 

Trouver un terrain pour construire un Temple. 1952


Dans cette station balnéaire d’Étables et à Saint-Quay-Portrieux se reconstitue chaque année une petite communauté protestante de vacanciers français principalement, mais aussi étrangers. Leur présence, en constante augmentation, justifie en février 1952 l'achat d'un terrain pour y construire un temple annexe à celui de St Brieuc.
Dans un premier temps, ce sont des tentes qui sont installées en été pour héberger une colonie de vacances mais l'acte de vente comporte une obligation de construire dans les 3 ans un bâtiment en dur. Le pasteur Paul Marquer pense faire une construction dans le cadre du mouvementdes Castors. C'est un mouvement d'auto-construction coopératif. Les jeunes de la paroisse sont associés à ce projet. 
En mai 1953, des meubles (lutrin, armoire, bancs ...) provenant du Temple anglican désaffecté de Dinan sont mis en réserve à St Brieuc pour servir à Étables quand le temple sera construit.

La construction du Temple d'Etables en 1954

 

En 1954 la construction d'un petit temple annexe se concrétise. La vente d'une partie de l'immeuble du Légué, en octobre 1951, permet cette réalisation.
C'est le trésorier-adjoint Oscar Hansen et le pasteur Paul Marquer qui prennent en charge ce dossier. Un artisan d’Étables, M. Borges exécute les travaux (une autre source parle de M. Prigent). 
Jacqueline Marquer, la fille du pasteur, se souvient surtout de Monsieur Henri Strzelecki qui était très présent sur le chantier et très efficace.  
(M. Strzelecki était d'origine polonaise. Il était venu chez les protestants par la Croix bleue dont le groupe était animé par le pasteur Marquer. Mme Jane Strzelecki, née Allain le 30 mars 1913 à St Brieuc, était membre de la paroisse et leur fille Marie-Janig participait au groupe des éclaireuses)

En un mois le gros œuvre est terminé.
L'édifice est situé au 19 rue Paul Leblanc, à l'angle de la rue des écoles. Il est construit en parpaings de béton. M. Rogier, un paroissien, se charge de demander de l'aide quand il le faut lors des réunions qui se tiennent au Temple à St Brieuc. Des habitants d’Étables témoignent alors de leur sympathie par différents gestes, certains donnent des pierres pour les fondations du temple, d'autres apportent des fleurs pour embellir le terrain...

On voit sur la photo ci-dessous des bancs du temple anglican de Dinan, récupérés par la paroisse de St Brieuc, et utilisés pour meubler le temple d’Étables à ses débuts.
Jacqueline Marquer en 1954, devant le temple d’Étables à peine terminé. Photo Jacqueline Roux-Marquer

Les premiers pas

Le dimanche 4 juillet 1954 se tient le premier culte protestant dans le nouveau temple d’Étables. Mais l'inauguration par le pasteur J.P Benoit, membre du Conseil national de l’Église réformée, se déroulera un peu plus tard, le dimanche 28 novembre 1954.

Il reste encore alors quelques questions matérielles à régler en juillet 54 : l'installation électrique est reportée car jugée trop coûteuse ! Une personne va apporter un poêle à bois pour le chauffage, les boiseries doivent être peintes rapidement. Il faut aussi trouver un orgue, certainement celui de Lannion quand quelques réparations auront été effectuées. M. Coignard sera alors chargé d'être l'organiste de la paroisse.

Temple d’Étables. Photo Jacqueline Marquer

Temple d'Etables. Photo Jacqueline Marquer


Un trésorier gérant s'occupera du budget du Temple et en sera le responsable. C'est M. Gaston Duvinage qui assumera cette tâche après avoir été élu lors de l'assemblée générale de février 1955. M et Mme Trolliet rejoignent les membres responsables de l’Église en décembre 1954.

En mai 1956, une bible du 18ème siècle est offerte par M. Meyer, conseiller presbytéral à la Rochelle.
Pendant l'été 58, le culte se déroule 2 fois par mois et regroupe une cinquantaine de personnes en juillet. C'est encourageant...  
Un terrible drame endeuille la paroisse cet été 1958 où un jeune moniteur de la colonie, Jean-Paul Giraud de Paris, se noie à Étables.


Cérémonies 

Il est arrivé que des familles en vacances fassent baptiser leur enfant au Temple d’Étables. On en a la trace dans les registres comme en 1959, le 2 août, pour Yvonne Servière née le 22 décembre 1949 à Mont-de-Marsan. C'est le pasteur Jézéquel qui officiait, ainsi que le pasteur Bovet. Le même jour est également baptisé Rémy Bovet, fils du pasteur Jacques Bovet, domicilié à Môtiers en Suisse.

En 1962, le 12 août, c'est le baptême de Isabelle d'Herbécourt, née à Nîmes et dont les parents sont domiciliés à Levallois-Perret. Cette famille a des attaches à St Quay depuis le début du XXème siècle.


Se faire connaître

Avant l'été 1960, le pasteur Marquer expédie une affiche aux Syndicats d'Initiative et hôtels de la région de St Brieuc, Étables, Binic et Saint-Quay-Portrieux pour faire connaître aux touristes protestants de passage qu'ils peuvent venir dans un Temple à St Brieuc ou à Étables.
Au mois de juillet 1962, une exposition sur la Bible et trois conférences sont proposées aux estivants. 

Pendant l'été 1965, une exposition s'adresse aux touristes de passage.
Dans les années 60, les protestants tiennent en été "un stand biblique" à Étables et Binic.  Voilà ce qu'en dit Pierre Simon, qui en rend compte en fin d'été au Pasteur Kieffer (qu'il appelle avec humour Cher "patron" : "Certes nous avons vendu quelques bibles, nouveaux testaments et littératures "chrétiennes" mais nous avons surtout pas mal accroché avec les estivants et les commerçants environnants... Des jeunes, beaucoup de jeunes nous interrogent. Notre devise étant Silence et Présence, nous évitons de forcer les gens..."




Affiche posée dans les hôtels. 1960. Archives du temple de St Brieuc


Le Temple d’Étables se développe

En 1975 et 1976, le culte en été a de plus en plus de succès à Étables alors qu'à St Brieuc l'assemblée se vide. Finalement, la décision est prise pour l'été 76 de ne faire qu'un culte à Étables et d'inviter les briochins à s'y joindre.  
En 1978, les cultes sont rétablis à St Brieuc mais l'affluence reste importante à Étables. Des estivants viennent de manière régulière et à leur demande, 3 études bibliques ont eu lieu.
A l'été 79 une caravane est installée sur le terrain.
En 1980, un bloc sanitaire est ajouté au bâtiment principal. 

Cette même année, pendant l'été, le pasteur Gossin de Strasbourg vient avec quelques lycéens et étudiants pour proposer des animations aux vacanciers. Des temps d'échanges et de partages sont proposés dans une ambiance décontractée. Les jeunes vont à la rencontre des vacanciers sur les marchés. La formule est renouvelée en 1981.
La fête de l'association de l'Entraide protestante (diaconat) se déroule sur le terrain d’Étables en été dans les années 80. Profitant de nombreux touristes, une brocante, des jeux, un repas et une grande tombola  remportent un vrai succès. En 1987 par exemple 75 personnes assistent au culte du matin et 64 personnes participent au repas.
Plus tard, c'est en septembre que se déroule cette fête, appelée "fête de rentrée". L'objectif est différent : c'est un moment convivial où tout le monde se retrouve après l'été.
Plus tard avec le pasteur Guy Froment, et grâce au don d'une caravane qui se refuserait de reprendre la route, des pasteurs en vacances peuvent être accueillis l'été à Etables-sur-Mer, en échange de quelques services comme la conduite du culte dominical. 
En 1991, le terrain attenant est prêté à des Éclaireurs Unionistes et une dizaine de jeunes de la paroisse de l'Oratoire du Louvre à Paris. En remerciement, ces jeunes procèdent à l'impeccable réfection du temple d’Étables qui en avait le plus grand besoin. Seul bémol, un bras droit cassé, celui du pasteur Froment qui est tombé d'un escabeau !
Au mois d'août, une trentaine de Marseillais campent sur le terrain et font un camp "Bible et voile". En 1992, c'est un groupe de jeunes Alsaciens luthériens avec le pasteur Janus qui investissent le terrain pour camper.
En 1995, dès la fin du mois de juin, le camp des familles allemandes luthériennes de Göttingen s'installe sur le terrain de camping d’Étables. 
En 2001 le temple accueille une exposition intitulée « Débat 2000-2000 débats », un ensemble de panneaux  sur l'histoire du protestantisme, ses fondements et ses actions. 
il faut signaler que la fête de rentrée de la paroisse de St Brieuc-Perros s'est tenue pendant des années sur l'agréable terrain d’Étables. Elle était organisée par l'Association de l'Entraide protestante..

A l'intérieur du temple d’Étables, années 2000. Jeanne Korn-Servière à droite.

Sortie du culte protestant à Étables. Années 2000. Jeanne Korn-Servière sortant juste du Temple

Le pasteur Solange Weiss-Déaux (2004-2009) célèbre le culte en plein air à Étables lors d'une fête de rentrée


Témoignage


Yvonne Servière nous livre quelques souvenirs liés à la vie de la paroisse d’Étables et à sa famille :
"Ma mère, Jeanne Korn-Servière (que l'on voit sur une photo ci-dessus) était très assidue au culte en été. Jusqu'à ses 90 ans, elle a fréquenté régulièrement la paroisse de St Brieuc, en regrettant bien que le temple d’Étables n'existe plus.
Les pasteurs qui venaient en été étaient souvent invités à déjeuner le dimanche à la Croix Claude, chez mes cousins Guth, ou parfois aux Lavandes chez nous".

 

La fin du temple d’Étables


La caravane a dû être enlevée au début des années 2000 après avoir subi des dégâts importants. Les pasteurs, qui voulaient y séjourner en été pour célébrer le culte et proposer des animations, n'avaient comme solution que de camper sous tente ou de venir avec leur propre caravane. La proposition était moins intéressante et par conséquent rencontrait peu de candidatures.

En 2004, M. Escalette, responsable régional des bâtiments de l’Église Réformée, vient en octobre à St Brieuc, Perros et Étables pour faire le point et donner son avis sur le devenir des 3 temples. Dans ses conclusions, il met en évidence les points suivants :
-Le terrain représente une charge de travail chaque année (haie, herbe à couper...)
-Faute d'activité suffisante en dehors de l'été, le temple d’Étables n'est pas prioritaire.
-Étables n'est pas si loin que ça de St Brieuc (25 km), les "disséminés" peuvent s'y déplacer.
-Un culte peut être proposé en été à Etables ou St Quay, dans une salle municipale ou privée
-La position du terrain, ses dimensions, sa constructibilité en font une opération financière très intéressante.
Un vote de l'Assemblée générale réunie en février 2005 est nécessaire pour prendre la décision de vendre.
Le résultat est sans appel : 28 pour la vente, 1 contre, 2 abstentions.
Cette décision, prise en février, ne va pas faire le bonheur de nombreux protestants attachés à ce petit temple si vivant en été.
Une pétition sera même adressée au conseil presbytéral par des personnes d'Etables et de St Quay qui appréciaient beaucoup les cultes d'été, mais cette initiative ne changera pas la décision prise.

Le Temple est mis en vente début 2006 et un compromis est signé en novembre pour un prix de 113 000 euros avec M et Mme Hervé, artisans à St Quay. La vente prend un peu de retard car les acquéreurs doivent obtenir un permis de démolition. Les bancs et l'harmonium sont mis en vente.
Finalement, l'acte de vente est signé devant le notaire le 27 octobre 2007. Un dixième du produit de la vente est versé à la Région et presque tout le reste est consacré aux travaux indispensables à St Brieuc et Perros. Une petite réserve sera gardée pour des dépenses de fonctionnement à venir.

De nos jours, il ne reste pas de traces du temple car 2 maisons ont été construites sur ce terrain après la destruction du bâtiment.


Les cultes à Étables


Les différents pasteurs en poste à St Brieuc ont bien entendu célébré des cultes à Etables mais ils ont été aidés par de nombreux prédicateurs laïcs et en été par des pasteurs en vacances.

Citons quelques uns dont les noms sont mentionnés dans les archives :
1962 Pasteur Gérard Merminod, d'Aubenas
1963 M. Caumont, de Colombes
1964 Pierre Simon de Montpellier, M. Coupry, M. Tostivint 
1965 Pasteur Jean Besset de Lyon , M. Amargier de Clermont
1966 M. Benner, pasteur Muir de Paris, M. Tostivint 
1967 Pasteur Paulo Mendes de Dour les Mons en Belgique
1969 Pasteur Georges Appia de Strasbourg, M. Benner de Rennes
1970 Pasteur Maurice Guedj de Colombes
1971 A. Benner de Rennes, E. Hensen, J. Bourgenot
....
1993 Michel Granjean de Genève.
1997 Pasteur Ascany
1998 M. Silvestrini, étudiant suisse en théologie
2000 Pasteur Wayse (pasteur Baptiste)
2001 Pasteur Ascany
2003  Gilles Legrand

Couverture d'un prospectus répertoriant
tous les lieux de cultes protestants dans les stations balnéaires. 


Remarque

Mlle Eleanor Scott dont on parle dans les années 40 était professeur. C'est elle qui s'est adressée au pasteur Yves Crespin dans une lettre où elle n'était pas satisfaite de la présence du pasteur à une réunion à St Brieuc où l'invité d'honneur était l'amiral Darlan. Le pasteur lui avait répondu dans une longue lettre d'explication qui a été conservée dans les archives. 
Eleanor Scott est décédée à Étables le 29 mars 1954 et le pasteur Paul Marquer a procédé à la cérémonie d'inhumation au cimetière d’Étables. 


Cérémonies d'inhumation de protestants au Temple d’Étables

Jeanne Blanc (née en 1866) septembre 1946

Adèle Babut, professeur retraitée, est décédée à Bégard le 7 avril 1951 et enterrée à Bégard mais un service dirigé par le pasteur Marquer a eu lieu au Temple d’Étables le 10 avril 1951.

Eleanor Scott, professeur retraitée,  décédée à Étables le 29 mars 1954  et enterrée à Étables le 31 mars.

Caroline Diethelm, née le 9 juin 1868 à Paris, décédée le 11 août 1955 à Étables, et enterrée à Étables le 12 août 1955, service dirigé par le pasteur Émile Fredouelle (décédé le 6 mai 2014 à Mont-de-Marsan)

Mohamed Armand, né le 17 juillet 1879 à Paris, décédé le 14 octobre 1955, et enterré à Étables le 17 octobre 1955

René Trolliet, retraité, enterré à Étables en juillet 1957. 

Jean-Paul Giraud, moniteur de colonie, décédé le 2 août à Étables, cérémonie au temple d’Étables le 4 août 1958 avant le départ du corps pour Paris.

Maurice Geniès, né le 22 décembre 1881 à St Quentin (Aisne), décédé à Étables le 3 janvier 1963, enterré à Étables  le 5 janvier 1963. Son épouse Mathilde Delville, née à Roubaix le 9 novembre 1885 est décédée le 19 juin 1980 à St Brieuc (cérémonie du pasteur Le Cozannet)

Émilienne Trolliet, née au Havre le 11 août 1893,  décédée le 20 février 1966 à St Brieuc et enterrée le 22 février 1966 à Étables.

Léon Gugenheim est décédé le 17 mars 1980 à St Brieuc (pas de cérémonie au temple)

Jacqueline Lauriol, inhumée le 16 février 1988 à Étables (cérémonie du pasteur Guy Froment).

Paul Lauriol, né le 20 août 1914, décédé à Paris le 10 juin 1993 et inhumé à Étables le 12 juin 1993 (cérémonie du pasteur Guy Froment).


Sources

Liste des membres 1906-1952
Registres de la paroisse (membres, inhumations, mariages, baptêmes...)
Correspondances avec Yvonne Servière. Décembre 2019 et janvier 2020 
Etat civil en ligne de Paris. Naissance 15 juin 1911 (Léon Gugenheim)


Liens

Lien pour accéder à des photos du temple d'Etables.
Lien pour accéder à une fiche descriptive sur le Temple



1980. Étables, animations d'été. Initiative des Pasteurs Le Cozannet et Gossin. Article de Ouest-France



Aucun commentaire:

Publier un commentaire