vendredi 31 juillet 2020

Le pasteur Daniel Manach (1907-1940)

 

Le pasteur Daniel Manach (1907-1940)




Daniel Manach est né le 24 mars 1907 au Havre (acte en ligne). Suivant la voie de son père, le pasteur François Manach, il s'engage dans des études de théologie après avoir fait une année de philosophie à Rennes.
Toujours étudiant il commence au Légué, tout près de St Brieuc, où il succède à son père pendant un an d'octobre 1929 à septembre 1930. Devenu pasteur, il est nommé à Lannion en 1930 pendant un an pour seconder le pasteur Henri Whelpton. Il est amené à se déplacer dans les nombreuses annexes et dispose d'une auto pour cela. Il participe au Synode en 1930.


Daniel Manach jeune. Archives du temple de St Brieuc


Il effectue son service militaire à Rennes en 1931 juste avant de rejoindre son poste de pasteur à Anduze dans le Gard où il remplace le pasteur Yves Crespin (qui était resté de 1929 à 1931 et avant lui M. Raspail de 1927 à 1929 et E.F Staub de 1919 à 1927).

Le 28 juillet 1932, il se marie à Cologny, en Suisse, avec Jeanne Marie Borel. Leur fille, Jacqueline, naîtra l'année suivante le 22 août 1933.

La thèse de Daniel Manach intitulée Hygiène spirituelle est éditée en 1933. Le contenu met en évidence la grande curiosité de Daniel Manach et son ouverture à des sujets autres que purement spirituels comme ici la psychothérapie. Il y fait référence aux travaux du Docteur Georges Liengme qui avait ouvert une clinique à Vaumarcus, sur les rives du lac de Neuchâtel en Suisse. Daniel Manach s'y était rendu à deux reprises.
Le Dr Liengme développa une méthode de “psychothérapie collective” qui a été dénommée, plus tard, “psychothérapie de groupe” par les Américains. Georges Liengme est un précurseur dans ce domaine.
Daniel Manach s'étant posé la question de l'incohérence entre le comportement de bon nombre de chrétiens et de leurs idéaux en avait conclu que, dans un certain nombre de cas, les apports de la psychologie pouvaient permettre de résoudre ce problème.




Thèse Daniel Manach 1933. Archives du temple St Brieuc. Don de Jean-Marc Kieffer




Daniel Manach propose des conférences au public sur des sujets variés (par exemple "Que penser du spiritisme?" en avril 1934).
Il devient le rédacteur d'un bulletin mensuel d'informations de l'Eglise Méthodiste d'Anduze, "Le trait d'Union" (dont une collection est conservée dans les archives du temple de St Brieuc. Années 1931 à 1938). A la lecture des différents bulletins, on voit que bien qu'éloigné de la Bretagne, il n'en oublie pas moins ses origines. Ainsi, en décembre 1932, il transmet à ses lecteurs du midi la "légende de Noël", l'histoire d'une vieille bretonne qui raconte pour la centième fois sa légende favorite où il est question du vent qui souffle sur la lande et d'un moine venu de Brest qui avait oublié ce qu'est la charité...
En décembre 1936, il organise une collecte pour "l'arbre de Noël des petits bretons de Perros-Guirec".



Le trait d'Union, mars 1933. Archives du temple de St Brieuc


Du 19 au 22 juin 1934, il a la lourde tâche d'organiser le Synode national de l'Eglise méthodiste à Anduze sous la présidence du pasteur M. Alain.
Il part d'Anduze après une dernière prédication le 20 septembre 1936, il est ensuite nommé à la fin de l'année 1936 à Thiers.


Daniel Manach pasteur à Thiers, octobre 1936. Archives Famille Manach temple de St Brieuc



Accueil de Daniel Manach pasteur à Thiers, octobre 1936. Archives Famille Manach temple de St Brieuc




En 1937, il assiste à la consécration de son père François Manach à Livron dans la Drôme, cérémonie dirigée par le pasteur du Havre M. Alain.

En 1938, Daniel Manach prend une part active à la création de l'Eglise Réformée de France en tant que délégué de l'Eglise Méthodiste avec Auguste Faure (en poste à Calais) et Henri Whelpton (en poste à Montreuil comme trésorier général cette année-là).



Liste des délégués de l'église méthodiste (Faure, Manach et Whelpton) avril 1938. Archives ERF


On peut dire que ses qualités sont reconnues au niveau national.
Le lundi 25 avril 1938, lors des travaux de l'Assemblée Constituante de l'Eglise Réformée, réunion dans l'ancien temple de Lyon, il est nommé secrétaire.
Il fait aussi partie de la commission de délimitation des circonscription et ce n'est pas une commission de tout repos ! On l'imagine promis à un brillant avenir, avec des responsabilités importantes.
Il reste à Thiers jusqu’au début de la Seconde guerre mondiale. Il est mobilisé mais est victime d'une crise d'appendicite qui évolue en péritonite.
Solveig Hansen se souvient être allé le voir à l'hôpital des Capucins à St Brieuc où il avait été amené.
Jeanne, l'épouse de Daniel Manach, était hébergée dans la famille Hansen au Légué pendant l'hospitalisation de Daniel.

Finalement, les médecins n'arrive pas à sauver Daniel Manach qui décède quelques mois après son retour en octobre 1940, à l'âge de 33 ans.


Juillet 1939, la famille Manach sur la côte. La fillette est Jacqueline, fille de Daniel née le 22 août 1933. Elle était appelée Jacquotte. Daniel Manach est reconnaissable avec ses petites lunettes noires et à sa gauche, Jeanne, sa femme, d'origine suisse, avec sa coiffure en oreillons. A la droite de Daniel Manach se trouve sa soeur Madeleine.
Paulette Manach est à gauche assise; au milieu Jacquotte, et assise à droite Yvonne Manach. Mme Manach et le pasteur Manach sont sur la droite. Archives du pasteur Manach conservées au temple de St Brieuc

Eté 1939, la famille Manach, Daniel à droite. Archives du pasteur Manach conservées au temple de St Brieuc


Sources :

Archives du temple de St Brieuc. Dossier Manac'h

Archives de Seine-Maritime. Acte de naissance 1907 page 265 du registre et mention de mariage (acte en ligne)

Collection de la revue "Le trait d'Union"1931-1938. Archives du temple de St Brieuc

Archives nationales de l'ERF. Dossier constitution de l'ERF

Témoignage de Solveig Hück (née Hansen), novembre 2019.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire