mercredi 12 août 2020

Le pasteur Yves Crespin, un chrétien dans la Résistance


                                                

Yves Crespin (1906-1944), photo d'identité de 1943

       

 

PROJET YVES CRESPIN 2018-2020 
Après une année de recherches et d'écriture tout au long de l'année 2018, différents contacts ont été pris à partir du mois de février et mars 2019 pour publier l'histoire du pasteur Crespin. 
Plusieurs éditeurs étaient intéressés mais le contrat a finalement été signé avec les éditions de La Cause, bien connues dans le milieu protestant.

Le livre est sorti le 10 juin 2020 aux Editions de La Cause.
C'est un ouvrage de 193 pages, illustré, vendu au prix de 13 euros.

 
ACTUALITÉ

En bas de page, 12 documents inédits qui viennent juste d'être découverts sur un site de recherche allemand concernant les déportés de la seconde guerre mondiale.


Après la rencontre-dédicace du samedi 4 juillet à la librairie le Pain des rêves, mercredi 15 juillet de 18h à 19h rencontre à la Maison Louis Guilloux et le vendredi 17 juillet rencontre à St Quay de 10h à 12h à la Maison de la Presse.

Vitrine de la librairie Le Pain des Rêves à Saint-Brieuc.


VENTE DU LIVRE

LIBRAIRIES
Vous le trouverez localement à St Brieuc à la Nouvelle librairie, à la librairie "Le pain des rêves" (en vitrine et annoncé sur le compte Facebook de la librairie, merci!) et à la Fnac (rayon Histoire de la Bretagne).
En vente au musée de la Résistance en Argoat, à St Conan (22)
En vente à Saint-Quay-Portrieux, Maison de la Presse (rencontres-dédicaces le 17 juillet et le vendredi 14 août de 10h à 12h). 
La rencontre dédicace du 17 juillet à St Quay a été un succès, avec de très belles rencontres et onze livres vendus. 
Des lecteurs qui ont découvert qu'il y avait des protestants en Bretagne, d'autres qui sont enfants de résistants, de déportés et même, la nièce d'un réfugié espagnol qui a sans nul doute connu le pasteur Crespin ! Des protestants du secteur étaient aussi au rendez-vous, certains ont même conversé pour la première fois !


Dédicace à St Quay le 17 juillet
Rencontres et dédicaces à St Quay le 17 juillet


Le rayon Bretagne de la FNAC Saint-Brieuc


PAR CORRESPONDANCE
Vous pouvez facilement faire vos commandes par correspondance et en réglant par chèque (13 euros + 4 euros de frais de port) :
Les éditions La Cause, 69 avenue Ernest-Jolly, 78955 Carrières-sous-Poissy

VENTE EN LIGNE
Le site de La Cause propose aussi la vente en ligne, règlement par carte bancaire, cliquez ICI 


PRÉSENTATION

Le pasteur Yves Crespin a exercé au Temple protestant, de Saint-Brieuc, rue Victor Hugo, de 1937 à 1943.
Le livre faire le point de tous les documents qui existent sur l'histoire du pasteur (archives familiales, départementales, nationales, témoignages...) et les met en perspective avec ce qui se passait à l'époque sur le plan local et national.
Yves Crespin est un exemple remarquable, parmi d'autres, de l'engagement des protestants pendant la Seconde guerre mondiale. 
Une large place est aussi consacrée au personnage du pasteur dans l’œuvre de l'écrivain Louis Guilloux.



UN SITE POUR ENRICHIR LES LIVRE AVEC D'AUTRES DOCUMENTS 
 
Avec l'éditeur, nous avons fait le choix de proposer un livre dont le prix reste très abordable.
Mais nous n'avons pas pu insérer autant de documents que nous aurions souhaité dans l'idéal.
Le site est un complément apportant tous les documents intéressants qui ne pouvaient figurer dans le livre : photos familiales, documents d'archives, biographies, témoignages de personnes toujours vivantes ayant connu le pasteur, index des personnes citées, actualité des projets liés au Pasteur Crespin...



UN PARCOURS

SI VOUS VOULEZ VISITER SAINT-BRIEUC SUR LES TRACES DU PASTEUR CRESPIN (Itinéraire, carte, photos...)
 CLIQUER ICI 




LES PREMIERS MESSAGES DE LECTEURS, EXTRAITS.

De Pierre K.
J'ai acheté le livre hier et l'ai déjà terminé !
Il est magnifique, bien écrit, précis, émouvant, théologique.
Quel beau témoignage !


De Christian P.
Ce personnage admirable méritait bien un livre : bravo !
 

De Soizic L.
Je viens de finir la lecture du livre sur Yves Crespin et j'en suis profondément émue.


De Agnès C.
Je viens de finir le livre que j'ai lu avec grand intérêt, et avec émotion car c’est un bel hommage et le livre donne beaucoup de précisions par rapport aux éléments que je connaissais grâce à Louis Guilloux," Le jeu de patience "; ça me donne envie aussi de le relire.


De Gérard L.
J’ai beaucoup aimé ce livre, écriture vivante et fluide, mots très bien choisis, organisation du livre et choix des thèmes...
La retranscription de documents est aussi judicieuse et vient bien parler en complément des textes.
Ce livre met en lumière beaucoup de choses que les gens ne connaissent pas.

De Francis C.
C'est un livre important. 


De Paul R. 
Enthousiasmé par cette étude qui rend justice au Pasteur Crespin.


De Gaëlle D. 
L'écriture est agréable et à de nombreuses pages on est invité à la réflexion sur l'attitude des personnes, sur les évènements de la Seconde guerre mondiale et sur ceux qui nous sont contemporains...
Je me demande aussi comment Jeannine Crespin, la femme du pasteur, a pu poursuivre sa vie et l'éducation de ces enfants?



De Florent C.
Ce pasteur Crespin, quel homme ! Quel modèle ! Et admirablement servi par un travail approfondi de recherches et un style sobre qui convient à merveille au personnage. Ce livre va certainement beaucoup circuler dans les milieux protestants de Saint-Brieuc, de Bretagne et d'ailleurs. Mais il mérite infiniment d'être lu au-delà de ces cercles, tant le pasteur Crespin, par sa droiture, sa générosité, son courage et son sens du sacrifice confine à l'exemplarité. Il est plus qu'un modèle protestant. Il est universel.

Merci pour ce livre passionnant et édifiant, au vrai sens du terme, c'est à dire qui élève et qui porte à la vertu.

 

De Jean-Claude Crespin, le fils du pasteur, qui a envoyé un court message juste après sa lecture de l'ouvrage pour témoigner de son soutien à cette publication et affirmer que "tout est exact et fort bien documenté".  


De Pierre Prigent, écrivain, longtemps professeur à la faculté de théologie de Strasbourg, fils d'Ernest Prigent, protestant arrêté avec le pasteur Crespin en 1943.
"J'ai lu ce livre d'une seule traite car tout m'y passionnait. J'y ai retrouvé de très vieux souvenirs et ai dû rectifier quelques convictions transmises par les canaux familiaux et amicaux. Votre travail est historiquement impeccable. Vous avez réalisé là une œuvre définitive à laquelle on peut seulement souhaiter une large diffusion".



RENDEZ-VOUS EN JUILLET-AOUT 2020


Mercredi 15 juillet, 18h à 19h, rencontre dans le jardin de la Maison Louis Guilloux de Saint-Brieuc avec le Groupe d’Éducation Nouvelle, rencontre avec un auteur, autour du livre sur le pasteur Crespin. Une quinzaine de personnes étaient présentes dans le jardin de cette maison où Louis Guilloux et le pasteur aimaient se retrouver... Un beau lieu et une belle assistance.
Merci à Michel Guyomard qui a programmé ce rendez-vous et a si bien animé le débat.

Lien vers le site du GFEN 



Vendredi 17 juillet, Saint-Quay-Portrieux, de 10h à 12h, rencontre-dédicace à la Maison de la Presse (le livre y est en vente). La presse locale a annoncé cette rencontre (Presse d'Armor et Ouest France ci-dessous et Le Télégramme).



Le livre sur Yves Crespin à la maison de la Presse de St Quay


Vendredi 14 août, de 10h à 12h, rencontre-dédicace à la Maison de la Presse de St Quay



Samedi 19 septembre, dans le cadre des Journées du Patrimoine à Saint-Brieuc:
de 14h à 15 h30 parcours à pied (1,5 km) sur les traces du pasteur Yves Crespin. Rendez-vous devant le collège Le Braz
15h30 à 16H30 rencontre au temple protestant, rue Victor Hugo (à côté du Lycée Renan). Les pasteurs protestants de St Brieuc, auteurs ou sujets d'ouvrages (Roux, Arnal, Manac'h, Raspail, Crespin)

Janvier-février 2021 : Maison Louis Guilloux de Saint-Brieuc avec l’association des Amis de Louis Guilloux, le personnage du pasteur Crespin dans le roman Le Jeu de Patience.
Merci à Paul Recoursé qui a programmé ce rendez-vous.




ILS PARLENT DU LIVRE....

Élisabeth Renaud, rédactrice en chef de la revue "Le protestant de l'ouest", a publié un premier article sur le livre dans Ouest-Info du 18 juin et un second devrait paraitre en septembre, à propos du blog.

Ouest-France a publié un article, de Martin Hernot, en page départementale dans son édition du dimanche 28 juin.
Lien pour lire l'article de Ouest-France, cliquer ici

Le Télégramme a publié un article, de Julien Molla, en dos de journal dans l'édition régionale du lundi 29 juin.
Lien pour lire l'article en PDF, cliquer ici

Erwan Le Gall,  un universitaire spécialisé sur la guerre en Bretagne,  a consacré un long article sur le livre en juillet 2020 sur son blog Ar Brezel. Son analyse apporte un regard critique sur l'ouvrage, il est le fruit d'une lecture très attentive et mérite toute notre attention.



Jean-Louis Prunier de la Société d'Etudes du Méthodisme Français a mis en valeur la sortie du livre sur son site Internet.

La Bibliothèque de la Faculté de Théologie de Montpellier a parlé du livre sur son compte Facebook.





La Librairie Jean Calvin de Cholet présente le livre sur son site.




La librairie protestante, 48 rue de Lille dans le 7e arrondissement, écrit : "Voici une biographie historique écrite par un spécialiste du protestantisme en Bretagne. Ce livre participe au devoir de mémoire, il rend hommage au combat d'un grand résistant qui paya ses idéaux de sa vie".

Vincent Le Gall, responsable aux archives départementales, s'est montré très attentif au contenu du livre et aux liens qui pourraient s'établir avec les archives pour mieux faire connaitre l'histoire du pasteur Crespin, quand les travaux d'agrandissement des archives seront terminés.

Virginie Picot, animatrice au Musée de la Résistance en Argoat, à St Connan, a commandé des ouvrages pour les proposer dans le rayon librairie du Musée. Une conférence sur le pasteur Crespin est envisagée mais le musée attend que les conditions sanitaires permettent de nouveau des rencontres publiques.


"Les Résistants et Amis de la Résistance", ANACR Finistère ont présenté le livre et ont indiqué tous les liens utiles pour en savoir plus sur l'histoire d'Yves Crespin.




Sur la radio Fréquence Protestante, Matthieu Arnera des éditions La Cause a parlé du livre sur Yves Crespin dans le cadre d'une émission sur les 100 ans de La Cause, le 5 juillet (et le fera le 2 août), de 13H15 à 13H45. On peut écouter en différé...
Cliquer ICI pour accéder à l'émission. Toute l'émission est intéressante mais signalons que le passage consacré à l'histoire d'Yves Crespin se situe à 21minutes 50s.


Le livre est cité dans l'article de Wikipédia consacré à la ville de Saint-Brieuc, pour l'évocation d'Yves Crespin dans le chapitre sur la Seconde Guerre mondiale.


A VENIR...

Un article est envisagé par Nathalie Brouard, en octobre, dans une page Histoire-Patrimoine du journal municipal de St Brieuc, Le Griffon.

La société des Amis de Louis Guilloux a intégré une soirée sur le pasteur Crespin dans le roman Le jeu de Patience dans le cadre de sa programmation du premier trimestre 2021 .

Nathalie Lennhardt, la directrice de rédaction de la revue Réforme s'est montrée très intéressée par l'histoire du pasteur Crespin et va voir comment traiter au mieux ce sujet dans les colonnes de Réforme.

Sur RCF, Alain Le Flohic doit mener, début septembre, un entretien de 30 minutes sur l'histoire du pasteur Crespin. L'émission pourra être écoutée en différé sur le site de RCF.

 




Le pasteur Yves Crespin.

Un chrétien dans la Résistance


Table des matières


Préface du pasteur Hervé Stücker

1ère partie, l’engagement jusqu’au sacrifice de sa vie

Une minorité chrétienne en terre bretonne : L’Église protestante.
Yves Crespin, homme à la foi bien enracinée
Le choix d'être pasteur
Le désir de fonder une famille
Nomination à St Brieuc
Un pasteur engagé auprès des réfugiés
Première arrestation, juin 41
Encadré : les correspondances clandestines
L'esprit de résistance
Le pasteur Crespin et la question de l'autorité
Encadré : lettre à une paroissienne
Le pasteur Crespin, aumônier au Lycée de garçons
Encadré : lettre au proviseur
Le lycée Anatole-le-Braz et la Résistance
Encadré : lettre au Préfet 1942
Les missions du pasteur dans la Résistance
Encadré : « Les malgré nous »
Rester ou mettre à l’abri sa famille ?
Circonstances et motifs de la deuxième arrestation en novembre 43
Les traces de l'arrestation dans les archives
La parole aux témoins de cette arrestation
A la prison de Rennes
Encadré : Yves Crespin sous-lieutenant
Encadré : l'Armée Secrète (A.S) dans les Côtes-du-Nord
Encadré : l’abbé Fleury
Encadré : Ernest et Pierre Prigent
Mobilisation contre l’arrestation du pasteur
Encadré : Marc Boegner, président de l’Église Réformée de France
Encadré : Maurice Rohr, vice-président de l’Église Réformée de France
Le transfert en train de Rennes à Compiègne.
Le camp de Royallieu (Frontstalag 122) à Compiègne
Le transfert en train de Compiègne à Buchenwald
Le camp de Buchenwald
Pratiques religieuses clandestines dans le camp de Buchenwald
Au camp de Dora, les derniers jours
Encadré : le camp de Dora
Encadré : un témoin de Dora
Témoignages des rescapés de Dora
Encadré : Joseph Blanchot
Encadré : Le pasteur Henri Orange, compagnon de captivité à Dora
Encadré : Correspondances de Mme Orange avec le pasteur Rohr. 1944
La véritable date du décès du pasteur Crespin
Encadré : Dates et lieux, Yves Crespin, Résistance et captivité

Une famille dans l’attente, 1943
Le temps du doute, 1944
En désespoir de cause
Le dénouement, 1945
Le pasteur de St Servan, Marcel Raspail et la Résistance

2ème  partie, le temps de la reconnaissance

L’annonce du décès dans la presse
La presse unanime. 1945
L’aide des américains et des britanniques. 1946
Un nom de rue et l’inscription au monument aux morts. 1947
Cérémonie et pose d’une plaque. 1947
Légion d’honneur et commémorations 1956, 1964, 1994

3ème partie. Yves Crespin toujours vivant dans l’oeuvre de Louis Guilloux

Le pasteur dans l’oeuvre de Louis Guilloux
Le pasteur, un personnage omniprésent
Deux hommes dans des engagements non partisans.
Le doute en partage.
Le pasteur, un repère dans un monde en proie au chaos.
Guilloux réconcilié avec la religion.
La femme
Le dénonciateur.
Du récit à l’œuvre littéraire
Document : Herling Hansen


4ème partie. Annexes

Les protestants et la Résistance
Résister voix protestantes. Résumé de l'ouvrage de Patrick Cabanel
Texte de l’abbé Chéruel paru dans La Voix de l'Ouest, 15 mai 1945
Les protestants engagés dans les Côtes-d'Armor
Les protestants dans les grands conflits : guerres, décolonisation

Sources historiques, bibliographie et sitographie
Remerciements
Postface. Au nom du Père. Rencontre avec Jean-Claude Crespin en 2018
Table des matières

 

Résumé du parcours du pasteur Yves Crespin et documents.


 

Les origines familiales d'Yves Crespin



Yves-Maurice Crespin est né dans le Gard en 1906.






Dans le protestantisme, il fait partie de l’Église méthodiste. Sa thèse de théologie portait sur l’unité des Églises.

Tampon de l'école de théologie méthodiste sur une bible d'Yves Crespin.


 En février 2019, des manuscrits d'Yves Crespin écrits pendant ses études de théologie ont été retrouvés au Musée d'art et d'histoire de St Brieuc (22). Tous ces documents sont numérisés et accessibles à l'aide du lien ci-dessous.

Album photos des manuscrits d'Yves Crespin pendant ses études

L’Église méthodiste dans son ensemble a beaucoup œuvré au rapprochement entre les différentes églises protestantes, ce qui donnera la création de l’Église Réformée de France en 1938.

Signature des pasteurs présents lors de sa consécration en 1933. Musée de St Brieuc. Photo RF

Certificat de Consécration d'Yves Crespin. On reconnaît les signatures des pasteurs Théophile Roux, G.Welpton, H. Welpton, E. Vidal, Raspail, D. Manach, A. Faure (Président du Synode)... 27 juin 1933. Paris. Photo R.F







De l'Unité de l'Eglise Chrétienne. Yves Crespin 1933.
Nancy. Imprimerie Georges Thomas (photo R.F)


Le livre apporte tous les éclairages nécessaires sur cette thèse qui contient en germe les engagements futurs du pasteur Crespin.



Yves Crespin en 1935. Photo J.C Crespin




En 1936, il se marie avec Jeannine Kuntz et de cette union naîtront cinq enfants.








Jeannine Kuntz, épouse du pasteur Crespin. Photo R.F


Certificat de mariage entre Yves Crespin et Jeannine Kuntz. Paris XIe.  9 janvier 1936.



Nomination à St Brieuc


Nommé en 1937 à St Brieuc, c'est sous sa présidence que l’Assemblée générale de l’Église Méthodiste de Saint-Brieuc du 10 juillet 1938 va rejoindre l'Église Réformée de France.




Papier à en-tête du pasteur Crespin








Le pasteur Crespin devient président du Consistoire de Bretagne ce qui va favoriser ses nombreux déplacements au début de l'Occupation !
Il assure également la direction du journal L’Évangile en Bretagne.






En famille au port du Légué à St Brieuc.






Yves Crespin, vers 1940 à St Brieuc.

 

 

Les premiers engagements d'Yves Crespin


Le pasteur Yves Crespin est une figure emblématique de la ville de Saint Brieuc.  A la veille de la Seconde guerre mondiale, en 1937 il dirige la paroisse de St Brieuc. C'est cette année-là que des réfugiés espagnols arrivent dans la ville, entassés dans des camps. Le pasteur sera très actif pour améliorer leurs conditions d'accueil.

Le livre apporte des éléments d'archives précis sur l'engagement du pasteur Crespin pour les réfugiés espagnols.

Avertissement : Les chiffres avancés dans le livre par le pasteur Crespin de 200 000 réfugiés espagnols devant arriver en Bretagne ne correspondent pas à la réalité. C'est bien ce q'il a écrit mais il aurait certainement été nécessaire de préciser dans le livre que ces chiffres sont inexacts, ce sera fait s'il y a une deuxième édition !
On estime en fait que 21 000 réfugiés espagnols ont trouvé refuge en Bretagne entre 1937 et 1939. La première vague d'exilés se situe au printemps 1937 où 120 000 espagnols fuient par bateaux. Dans les Côtes-du-Nord, 37 communes vont accepter de les héberger.

La deuxième vague, au début de l'année 1939, va voir jusqu'à 480 000 réfugiés traversant la frontière des Pyrénées à pied. La Bretagne accueille alors 15 000 espagnols en une semaine, ce qui est déjà considérable.
(Pour plus de précisions, lire : L'exil espagnol en Bretagne, 1937-1940. Isabelle Le Boulanger. Coop breizh)



 
Liste des personnes autorisées à accueillir les réfugiés sur le quai de la gare, mai 1938 Archives 22

 

Liste des personnes du Comité de secours pour les réfugiés espagnols, juin 1938 Archives 22


Première arrestation


Après avoir aidé les réfugiés espagnols, quelques années plus tard, le pasteur va s'impliquer dans la Résistance. Arrêté d’abord en 1941, il est condamné puis emprisonné. Le soutien s'organise mais la communauté protestante en est très affectée.
On peut lire ainsi dans le compte-rendu du conseil presbytéral de février 1942 : "Pendant l'emprisonnement du pasteur, la collaboration des laïques a été précieuse."


Registre du Conseil presbytéral. St Brieuc 1941-1942. Archives du temple. Photo RF
Courrier de soutien de Maurice Rohr, vice-président de l'ERF.










Maurice Rohr (dans la cadre à gauche) et Marc Boegner (au centre)  feront tout leur possible pour aider le pasteur Crespin et sa famille au moment des deux arrestations et de la déportation. Fonds de l'ERF. Archives nationales. Photo RF



La prison de St Brieuc où le pasteur Crespin a été détenu. Photo RF

Plaque commémorative à l'entrée de la prison de St Brieuc. Photo RF



Les missions du pasteur dans le réseau de Résistance

Fournir de faux papiers était une mission du pasteur.

Faux papiers trouvés dans le bureau du pasteur. Archives 22

Faux papiers trouvés dans le bureau du pasteur. Archives 22

 

 

La résistance au quotidien du pasteur Crespin


Après sa première arrestation, il continue ses activités et ne manque pas une occasion pour agir suivant sa conscience.
L’esprit de résistance du pasteur Crespin est illustré dans différents courriers retrouvés dans son bureau.

Tous les écrits connus du pasteur sont présentés dans le livre. En particulier, trois lettres importantes sont publiées dans leur intégralité et remises dans leur contexte.



Portrait officiel du maréchal Pétain.



Deuxième arrestation du pasteur Crespin en 1943, 

  

En 1943 son rôle va se préciser dans l'organisation clandestine de la Résistance.
Dans une rafle en 1943, de nombreuses personnes de la communauté protestante ont été arrêtées et interrogées.

Le livre apporte des éléments d'archives avec son rôle dans la Résistance.
La liste complète de toutes les personnes arrêtées est établie avec précision.
Les circonstances exactes dans lesquelles tout cela s'est passé sont mises à jour.


 Documents sur l'arrestation de membres de la communauté protestante de St Brieuc


Georges Bessis. Fiche de renseignements 497. 1943. Archives départementales 22



Yves Crespin. Fiche de renseignements 498. 1943. Archives départementales 22
Anna Hansen. Fiche de renseignements 504. 1943. Archives départementales 22

Einar Hansen. Fiche de renseignements 503. 1943. Archives départementales 22

Erling Hansen. Fiche de renseignements 502. 1943. Archives départementales 22

Jean Huck (mari de Solveig Hansen). Fiche de renseignements 505. 1943. Archives départementales 22

Ernest Prigent. Fiche de renseignements 507. 1943. Archives départementales 22

 
Dossier Yves Crespin, arrestation 1943. Archives départementales 22

 

Michel Henri de Villeneuve

Le préfet des Côtes-du-Nord Michel Henri de Villeneuve prend ses fonctions le 20 septembre 1943 et exercera jusqu'au 26 juin 1944. C'est lui qui va avoir à gérer les arrestations d'Yves Crespin et de ses amis en novembre 43 et des lycéens de Le Braz le 10 décembre 43.

 

Le camp de Compiègne.


Après la prison de Rennes, Yves Crespin est transféré début 44 à Compiègne (Frontstalag 122).

Son épouse traverse la France pour le retrouver...
Cette odyssée incroyable est racontée en détail dans le livre


Prisonniers sortant du camp de Compiègne pour aller dans les camps.


L'agenda porté par Jeannine Crespin est conservé au Musée d'art et d'histoire de Saint-Brieuc. L'histoire complète du numéro de matricule (23 068), inscrit dans le carnet par un officier allemand, est racontée dans le livre.

Agenda de Jeannine Crespin. Musée de St Brieuc. Photo RF

Agenda de Jeannine Crespin. Musée de St Brieuc. Photo RF


Lettre envoyée par Yves Crespin à sa femme juste avant de partir pour Buchenwald. 20 janvier 1944.


Le pasteur dans les camps.

Après Buchenwald, Yves Crespin va être envoyé dans un commando de travail à Dora, c'est là qu'il va décéder.
L'association Buchenwald-Dora et Kommandos a fourni de précieux renseignements et continue un travail de mémoire....
Le livre fait état de tous les témoignages connus des déportés ayant côtoyé le pasteur dans les camps.




Fiche établie sur le pasteur Crespin au camp de Buchenwald.



Sigle de l'association Buchenwald-Dora Kommandos

Des renseignements ont été transmis à la famille par le service de recherche AROLSEN

Dessin de Léon Delarbre détenu de Dora. Association Buchenwald-Dora Kommandos

D'autres dessins du prisonnier Léon Delarbre sont à découvrir sur le site de l'association Buchenwald-Dora.

Plusieurs objets ayant appartenu à Yves Crespin seront rendus à la famille par la Croix Rouge Internationale vers 1958-1960 : son alliance, son stylo, sa montre, de minuscules photos collées sur une plaque de carton et sa Bible Segond de consécration.  

Ces objets ont été déposés au Musée de St Brieuc et nous espérons pouvoir les montrer au public dans le cadre d'une exposition.


Certificat de décès du pasteur Crespin établi en 1946 par le docteur Cespiva. Archives 22

Un personnage de roman, le pasteur Crespin devient le pasteur Briand


Yves Crespin a bien connu l’écrivain Louis Guilloux, par exemple dans l'action pour accueillir des réfugiés espagnols. Ils habitaient le même quartier et se voyaient souvent.
Louis Guilloux en fait un personnage central de son roman  « Le Jeu de Patience » sous le nom du pasteur Briand. De nombreuses pages évoquent les rencontres et les discussions de Louis Guilloux avec le pasteur. Ces passages nous permettent de rentrer dans la personnalité profonde d'Yves Crespin.

L’extrait suivant réunit les deux personnes :
-N'est-ce pas un grand péché, demandai-je [au pasteur], que de contraindre les pauvres gens à l'exil?
-C'est un grand péché me répondit-il. Il me semble qu'un des premiers droits humains est celui d'avoir une patrie. (Le Jeu de patience).









Dans un autre ouvrage "Carnets 1921-1944. Gallimard", l'écrivain consacre pas moins de six pages au récit de Mme Crespin et 11 pages dans Le Jeu de Patience. 


Carnets 1921-1944 Louis Guilloux. Ed Gallimard





Notons enfin que l'association des amis de Louis Guilloux a proposé en 2016 à des jeunes d'écrire une nouvelle à partir de l'extrait cité plus haut parlant des réfugiés espagnols. 


Petite anthologie biblique.  Bibliothèque de Louis Guilloux.

Certains pourront s'étonner de l'amitié entre Louis Guilloux, proche du Parti communiste, et le pasteur Crespin. Les choses sont un peu plus complexes. 
Voyez comment, par exemple, cette "Petite anthologie biblique" trouve sa place dans les rayons de la bibliothèque personnelle de Louis Guilloux !


Le livre propose une analyse détaillée du personnage du pasteur dans l’œuvre de Louis Guilloux.
Un dictionnaire Louis Guilloux, à paraitre en 2021 aux Presses Universitaires de Rennes comportera une entrée "Pasteur Crespin".




Le pasteur Crespin dans la mémoire collective



Le pasteur va laisser une forte empreinte dans la ville de St Brieuc.
En mai 1945 a eu lieu une première cérémonie religieuse en sa mémoire.



15 mai 1945, annonce dans la presse de la cérémonie religieuse
en mémoire du pasteur Crespin. Dossier J.C Crespin Bibliothèque St Brieuc


La presse locale se fait l'écho des cérémonies où le pasteur Crespin est honoré. 

De nombreux extraits de la presse des années 40, publiés dans le livre, permettent de se faire une idée de l'importance qu'avait le pasteur à son époque. Ces gros titres en sont le témoignage
 
 































En juin 1945, le journal protestant "Réforme" publie un portrait du pasteur Crespin.






Portrait d'Yves Crespin. Journal Réforme. 16 juin 1945





En 1947, la municipalité  donne le nom d'une rue au pasteur Crespin.













En 1947 une plaque est apposée rue Victor Hugo, sur la façade du temple protestant. Cette plaque pourrait avoir été volée, croit se souvenir Solveig Hansen, membre de la paroisse de longue date (elle a 104 ans!). Cette plaque sera remplacée par une autre en marbre noir.



La première plaque en marbre posée sur le mur du Temple rue Victor Hugo à St Brieuc




Plaque commémorative sur la tombe des parents d'Yves Crespin à Livron (26 250). Photo Jean-Claude Crespin



Vingt ans après la mort du pasteur Yves Crespin, le 24 avril 1964, une soirée est organisée par l’église de Saint-Brieuc, à sa mémoire. Le pasteur Kieffer présidait la cérémonie religieuse et civile.

En 2008, plusieurs objets ayant appartenu au pasteur Crespin ont été remis au Musée de la ville de St Brieuc. Il s'agit de son sous-main et de ses bibles en hébreu et en grec.

  

 

Sources historiques 


Tous les renseignements biographiques, les articles de presse, les courriers ont comme source un dossier constitué par son fils Jean-Claude Crespin. 
Le dossier contenant les originaux a été remis aux archives départementales des Côtes-du-Nord en 1981. Il est consultable par le public (demander les dossiers 1 J 138 et 1 J 42).

La bibliothèque André Malraux de St Brieuc possède aussi une copie ainsi que le manuscrit du récit du docteur Erling Hansen, paroissien du temple de St Brieuc qui a été présent auprès du pasteur Crespin de son arrestation en 1943 jusque dans les camps en Allemagne. 

Les passages sur Yves Crespin dans l’œuvre de Louis Guilloux sont à retrouver dans le fonds Louis Guilloux (consultables à la Bibliothèque André Malraux à St Brieuc. Carnets 1943-1944. Références LGO 240 CI 11.02.03)


Sur les rapports entre Louis Guilloux et la religion, Louis Guilloux, devenir romancier. Sylvie Golvet. Presses Universitaires de Rennes.
Extraits disponibles sur le site OpenEdition


Les protestants français pendant la seconde guerre mondiale. Actes du colloque de Paris. 1992

Les protestants en France. André Encrevé. Stock. 1985 

Résister, voix protestantes. Patrick Cabanel. Editions Alcide Nîmes. 2012

Visages de la Résistance bretonne. Alain Lozac'h. Coop Breizh 2003

La  base de données Lexilogos sur le protestantisme. Lien :  Lexilogos

"Le Christianisme au XXème siècle", hebdomadaire protestant, collection complète conservée à la bibliothèque de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, 07.06.1945, 24.05.1945, 20.06.1957.

Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, tome 139, juillet-août-septembre 1993, pages 391 à 498.

Documents réunis par le Comité "Protestants dans la seconde Guerre mondiale" conservés à la bibliothèque de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, 54 rue des St Pères 75 007 Paris (pour le pasteur Yves Crespin et le Dr Hansen)

"Réforme ", hebdomadaire protestant dont la publication a commencé en 1945, 16.06.1945 lettre d'un compagnon de cellule.


Remerciements

De nombreuses personnes de la communauté protestante ont tout fait pour faciliter cette recherche, m'ont fait confiance en me donnant accès à de précieuses archives et ont manifesté leurs encouragements, en premier lieu le pasteur Hervé Stücker mais aussi Magali Lenot, Agnès et Jean-Claude Chevalier, Pierre Charlot...

Sophie Bertho m'a fait découvrir le monde protestant, elle a suivi l'ensemble de ces recherches et a relu et corrigé attentivement tous les documents publiés. Son rôle a été primordial dans l'origine et dans l'aboutissement de ce projet.

Arnaud Flici (conservateur du patrimoine à la bibliothèque André Malraux de St Brieuc) s'est montré très disponible face à mes nombreuses demandes.


Le personnel très accueillant des archives nationales

Jean-Luc Ruga du service des archives de l'Association Française Buchenwald-Dora a transmis d'intéressants documents.

Jean Crespin m'a transmis des documents de son père, Raoul, frère du pasteur

Pierre Prigent, pour ses souvenirs recueillis en mai 2018 et les renseignements sur son père, Ernest Prigent, ami du pasteur Crespin.

Et enfin, un immense remerciement à Jean-Claude Crespin (fils du pasteur) qui a réuni dans les années 80 une formidable documentation sur la mémoire de son père. Sans lui, une grande partie de cette mémoire serait sans doute perdue...

Page manuscrite du pasteur Crespin. Février 1940. Archives du Temple de St Brieuc



Document 1
Portraits d'Ernest Prigent, ami du pasteur Crespin et de Pierre Prigent (son élève à l'aumônerie).

Ernest Prigent est né le 14 avril 1898 à Plouégat-Moysan (29). Il se marie avec Hélène Somerville, née à Trémel, fille du pasteur Georges Somerville (un des frères d'Hélène deviendra plus tard pasteur à Morlaix). Pour Ernest, le protestantisme n'est pas familial, il va se convertir. Ernest et Hélène Prigent vont d'abord habiter Morlaix, puis en 40-41, après la démobilisation, la famille s'installe à St Brieuc au 32 Bld de la Tour d’Auvergne. Puis plus tard, ils résident à Ker-Couantic, rue Duguay Trouin, dans une sorte de petit château au pied d'immeubles construits par Ernest Prigent. Ils vont fréquenter le Temple où officie Yves Crespin.
Lors de la seconde arrestation du pasteur, Ernest Prigent est arrêté avec d'autres protestants. Il a participé activement à la désertion du soldat alsacien car, ayant habité Strasbourg, c'est lui qui l'a interrogé pour s'assurer que c'était une personne fiable. M. Prigent est incarcéré pendant plusieurs semaines puis libéré.






 

 
Maison de la famille Prigent à Ker-Couantic


 
Maison de la famille Prigent, sur la droite, dans le parc de Ker-Couantic


La famille Prigent a habité de nombreuses années dans la grande maison située au milieu d'immeubles contruits par l'entreprise d'Ernest Prigent. Le lieu s'appelle Ker-Couantic, rue Duguay Trouin, il est proche du boulevard Lamartine dans le quartier Saint-Michel à Saint-Brieuc. (photos ci-dessus).


Notons que Pierre Prigent, le fils d'Ernest et Hélène, a été marqué par les cours d'éducation religieuse du pasteur Crespin. Par la suite, il va poursuivre de brillantes études. Muni d'un B.A.C passé au Lycée Anatole Le Braz, il conclut un cursus de théologie à Paris, part une année en Allemagne et entre au CNRS où il reste 15 ans. Il aura l'occasion de revenir à St Brieuc pour y donner des conférences (voir la rubrique "dialogue entre les religions" dans les années 70). Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs aux éditions Olivétan, d'autres sont aux éditions du Cerf.

Deux témoignages inédits.
Après la lecture du livre sur le pasteur Crespin, Pierre Prigent a confié deux témoignages très intéressants lors d'un entretien téléphonique le 29 juin.

Souvenir du pasteur Crespin par Pierre prigent
Je me souviens qu'un jour dans le cours de l'aumônerie au Lycée Le Braz, avec le pasteur Crespin, nous avions eu une composition sur le Notre Père. En rendant les copies, le pasteur m'a dit : "C'est très bien, vous avez vu qu'il y a deux parties différentes dans cette prière, l'adoration de Dieu et l'aspect pratique".

Pierre Prigent évoque dans ses souvenirs d'enfance les cours de l'aumônerie du Lycée.
"J'avais dans ma classe le fils du Préfet (protestant) qui transmettait une image quelque peu déformée : un pasteur qui violait l'ordre établi, un pasteur qui faisait scandale en se faisant emprisonner !"



Souvenir de l'action de mon père, Ernest Prigent, dans la Résistance. Par Pierre Prigent.
Nous sommes arrivés à Saint-Brieuc avec mes parents au début de la guerre. Mon père était entrepreneur dans le bâtiment et il s'absentait beaucoup de la maison. Il passait deux à trois jours par semaine à Loudéac où il était en contact avec la Résistance dont de nombreux membres se cachaient dans la forêt. J'y suis allé une fois en vélo, avec mon père. Sur nos porte-bagages on remportait des cartons avec des paquets de tracts qui devaient être distribués ensuite à Saint-Brieuc. Sur le trajet, nous avons vu une patrouille et nous avons été obligé de nous cacher.




Document 2. Portait de Georges Bessis,

A l'occasion de la parution du livre sur le pasteur Crespin, Noëlle, la fille de Georges Bessis a fourni des éléments très intéressants sur l'histoire de son père Georges Bessis, arrêté et déporté avec le docteur Hansen et le pasteur Crespin en 1943.
Cet homme d'exception méritait que l'on puisse faire son portrait dans les lignes qui suivent.






Georges Bessis est né le 9 avril 1915 à Casablanca. C'est au Maroc qu'il fait la connaissance du scoutisme unioniste. Georges Bessis se convertit et s'engage dans le protestantisme. Ses écrits de jeunesse révèlent une personnalité tournée vers le mysticisme, le Christ est son modèle.
Il se marie en novembre 1939 au Temple d'Alençon avec Adeline Doranlo qu'il rencontre dans le milieu du scoutisme protestant en France. 
Plus tard, il établira une relation forte avec le pasteur Jean Jousselin, pasteur de La Maison Verte en 1941, rue Marcadet dans le 18e arrondissement. 
C'est Jean Jousselin qui le baptise en 1941 et qui lui proposera plus tard un poste d'évangélisation, en 1943 avec la Mission Populaire Evangélique. Jean Jousselin a créé le Comité protestant des Colonies de Vacances en 1943 et a permis d'organiser le sauvetage de 85 enfants juifs. Il a été désigné comme "Juste entre les nations" en 1980.
   
Comme toute cette génération, Georges Bessis va être pris dans le tourbillon des années où la guerre se prépare et où elle commence. Il effectue son service militaire en 1936 (classe 1935), qui dure 2 ans, il travaillait auparavant dans une étude de notaire et suivait le soir des cours de droit.
Après son service militaire à la caserne Bessières, Porte de Saint Ouen, il est mobilisé en mars 1939.
Sa Compagnie est sur le front de guerre lors de l'attaque des allemands le 24 mai 1940. La Compagnie est plusieurs jours sous les obus. Il est blessé  le 31 mai à Haubourdin. Réformé, il rentre à Paris.
 
Jean Jousselin, Commissaire national des Éclaireurs Unionistes et Directeur du Centre de Jeunesse de Sillery (à Savigny-sur-Orge) embauche Georges Bessis dans ce Centre.
Il travaille avec Jean Laborey au Ministère de la Jeunesse dont dépend le Centre.
 
Le 3 février 1942, M. Péan, Major de l’Armée du Salut, propose à Georges Bessis de se présenter pour prendre la direction d'une maison d’enfants de jeunes délinquants en Bretagne.

Georges Bessis est choisi et se rend à Ker Goat, au Hinglé, proche de Dinan, dans le cadre de l’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence des Côtes du Nord, il prend sa fonction le 11 mars 1942. Il dirigera cet établissement jusqu'au  le 2 novembre 1943, jour où il est arrêté.
Dans le compte-rendu du procès des dénonciateurs d'Erling Hansen et du pasteur Crespin, le 26 juin 1945, il est écrit que ce dénonciateur rencontra Georges Bessis chez le docteur Hansen à Saint-Brieuc
Il est probable que Georges Bessis ne faisait pas partie d'un réseau organisé de résistance mais une dénonciation et sa proximité avec le pasteur Crespin de St Brieuc et avec le docteur Hansen ont suffi pour procéder à son arrestation. 

En novembre1943, il est donc arrêté dans le cadre d'une opération où de nombreuses personnes de la mouvance protestante vont être interrogées et incarcérées. Il connaitra les lieux de détention de St Brieuc et de Rennes jusqu'au 17 janvier puis ce sera le transfert vers le camp de Compiègne (départ le 22 janvier 44) et l'arrivée à Buchenwald en Allemagne. Georges Bessis, Erling Hansen et Yves Crespin vont rester très unis jusqu’à leur transfert vers des camps différents.
Finalement Georges Bessis meurt au camp de Theresienstadt le 8 mai 1945. Il sera accompagné jusqu'à sa mort par Jacques Adam qui survivra et pourra ainsi témoigner des derniers moments de Georges Bessis.


Le nom de Georges Bessis figure sur le monument aux morts de Dinan et une rue Georges Bessis a été donnée au Hinglé (22).



Sources

Entretiens téléphoniques avec Noëlle Bessis, mai et juin 2020
Documents fournis par Noëlle, la fille de Georges Bessis.
Article de Ouest-France 26 juin 1945 et 20 juin 2017
Sites internet sur le pasteur Jean Jousselin et La Maison Verte. 
A noter, mention de Georges Bessis dans le livre d'Eric Rondel "Zeller, un espion pour le IIIe Reich".







Monument aux morts à Dinan. Georges Bessis, déporté.

Photo Ouest-France avec Jacqueline Bessis, nièce de Georges Bessis, Noëlle Bessis fille de Georges Bessis, Danièle Téggia amie d’enfance de Noëlle et Gérard Berhault, maire du Hinglé.

Fiche de Georges Bessis à Buchenwald. Source Arolsen

Fiche de Georges Bessis à Buchenwald. Source Arolsen
Fiche de Georges Bessis à Flossenburg. Source Arolsen

 
Fiche de Georges Bessis à Flossenburg. Source Arolsen

 

 

Fiche de Georges Bessis à Flossenburg. Source Arolsen

 

Document 3.   

Louis Jolivet, résistant et compagnon de cellule du pasteur Crespin en 1943.


Récit complet du carnet personnel du 3 novembre 1943 (Archives Jean-Claude Crespin)



Louis Jolivet est incarcéré en novembre 1943 avec le pasteur Crespin comme compagnon de cellule, de courts extraits sont publiés dans le livre mais voici son récit complet : 

« Mercredi 3 novembre 1943, vers 3  heures du matin, branle-bas général dans le casino. La porte de ma cellule s’ouvre : un compagnon. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Et le hasard fait bien les choses : il s’agit de M. Crespin, pasteur au temple de la ville. Deux hommes vivant sur terre avec pour apostolat « La morale » et qui le professent. Nous deux dans ce cachot ! Lieu d’expiation, sans doute, à ceux qui lui font entorse ? Comble ! Mais Dieu est avec lui et j’ai sagesse et espérance.
Nous sommes bien armés !
Nous sommes bien défendus !
Nous tiendrons « le coup » !
Le Pasteur Crespin a 38 ans, il est père de 5 enfants, ni révolté, ni résigné. Figure sereine, et compagnie combien réconfortante. Son contact m’est en plus très agréable.
A cette heure je suis seul. C’est l’obscurité glaciale, plus d’ami, combien je suis malheureux !
Jeudi soir.
O bon pasteur, Je ne vous aurai pas connu deux jours, et cependant vous m’avez fait découvrir la vraie sagesse et avec elle un monde de trésors de philosophie. Vous m’avez dit : « Ce sera Dieu qui décide » et j’ai traduit : « le Destin décidera ». 
Et puisque « gémir, pleurer, prier » est lâche, je regarderai le destin en face, en homme, et je m’apprête déjà à en affronter les terribles embûches qui se présenteront suivant la volonté de la Grande Roue qui tourne. Cette grande roue sans fin qui jamais ne vous laisse souffler, qui jamais ne recule pour vous permettre de rectifier vos erreurs.
Ami pasteur, vos bonnes paroles resteront à jamais gravées dans ma pensée et dans mon cœur. Je les méditerai fièrement, car vous étiez fier et serein dans vos méditations, et cette fierté et cette sérénité, auront eu le temps de m’imprégner fortement.

Réussira-t-il à me donner la foi ? En tout cas il m’enseigne la patience et la soumission au destin. Il n’y a dans sa bouche que de bonnes paroles. C’est un sage assurément ! 

Jeudi 4 novembre 1943.
Ma mère est venue, ô que sa visite était attendue ! Je ne l’ai pas vue bien sûr. Elle m’apporte encore un tas de douceurs. Le bon pasteur en semble effaré. Nous pourrons partager, ce sera délicieux.
Dix minutes plus tard : on vient me reprendre mon compagnon. C’est comme si à cette minute on me mutilait d’un gros morceau de moi-même.
Ah ! Si vous saviez pasteur, combien précieuse était votre compagnie. J’étais devenu presque gai, pouvoir parler à quelqu’un c’était le retour à la vie.

Cher Ami, compagnon d’un jour, je vous dois un grand, un très grand merci ».



Plus tard, en 1945,  Louis Jolivet est à Bégard (22), il adresse une lettre à Mme Crespin alors qu’elle vient de quitter Saint-Brieuc.   
Extraits de sa lettre :
« J’aurais tant voulu vous voir quelques instants pour vous dire simplement le souvenir qui reste en moi toujours si vivant.
Comme si cela était hier, cellule 42, notre séparation et ma grande tristesse…Les petits messages d’amitié qui venaient de la 44 ou 45…Le numéro quotidien des Psaumes que je transmettais au docteur Hansen à la 40…
J’aurais tant voulu vous revoir car il avait laissé sur moi une impression si profonde, malgré le peu de temps que nous avions passé ensemble, que je crois qu’à partir de ce jour là, mon caractère s’est marqué d’une philosophie meilleure ».




 

Document 4

Pages écrites par le pasteur Crespin dans le registre du Temple protestant de St Brieuc



1941. Pages du registres du Conseil presbytéral présidé par le pasteur Crespin. 1941. Archives du temple de St Brieuc

1941. Pages du registres du Conseil presbytéral présidé par le pasteur Crespin. 1941. Archives du temple de St Brieuc


 

Document 5. La rencontre avec Jean-Yves Crespin en Février 2018


Sans le travail mené par Jean-Claude Crespin pour perpétuer la mémoire de son père, nous n'aurions quasiment rien sur le parcours exceptionnel du pasteur Crespin. En tant qu'aîné de la fratrie, Jean-Claude conserve quelques souvenirs de la période de l'Occupation. Mais surtout par sa formation d'archiviste, de janvier 1970 à septembre 1976,  il va mettre de l'ordre dans les papiers familiaux, en faire un dossier et le photocopier en une trentaine d'exemplaires (famille, musées de la Résistance, archives...).
En ce qui nous concerne c'est le dépôt à la bibliothèque André Malraux de St Brieuc et aux archives départementales des Côtes-d'Armor (dossier classé en 1J 138) qui va nous permettre d'accéder à ces sources.

La rencontre avec Jean-Claude Crespin en février 2018 a été un temps d'échanges intenses avec cet homme marqué à vie par les conséquences des engagements de son père. Mais c'était aussi un vrai réconfort pour lui de sentir que des dizaines d'années après avoir constitué ce dossier, d'autres personnes allaient continuer de faire connaître le message délivré par le pasteur Crespin.

"Je veille jalousement sur ta mémoire comme sur une flamme qui vacille"
Juillet 1981, Jean-Claude Crespin, lettre à son père.


Jean-Claude Crespin (à gauche) et Richard Fortat le 24 février 2018 à Riom dans le Massif-Central




Document 6. Témoignage du Docteur Erling Hansen,  page 626 dans le livre
 " Les protestants pendant la seconde guerre mondiale, actes du colloque de Paris 1992. Supplément au Bulletin de l’histoire du protestantisme français, n°3 juillet, août, septembre 1994. Textes réunis par André Encrevé et Jacques Poujol".

"Je voudrais d'abord vous dire comment naquit ma résistance. J'étais médecin-lieutenant dans le 109e régiment d'artillerie lourde de Châteaudun. Les plus gros canons tractés par des chevaux (20 chevaux par canon), nous sommes tranquillement montés jusqu'à l'extrémité de la Ligne Maginot et du Luxembourg, et là on s'enterra à moitié. Les Allemands ayant pris l'initiative, il a fallu redescendre, et nous avons été capturés dans le bois de Nancy, au Bois de Haye, puis envoyés prisonniers. Je fus envoyé dans l'Oflag 6D, à Münster, en Westphalie.
Nous étions mille officiers, environ 150 médecins, 50 protestants. Nous n'avions pas de pasteur et deux ou trois laïcs faisaient le culte le dimanche, comme ils pouvaient, bien maladroitement. Au bout de quelques mois vint l'ancien directeur des missions protestantes de Paris, le pasteur Émile Schloesing. Nous eûmes à partir de ce moment-là des sermons formidables que ma mémoire me permettait de transcrire presque intégralement chaque après-midi. J'écrivais à ma femme : "Grâce à lui, le moral est bon". Puis un jour je fus convoqué par le commandant de la Gestapo du camp : "Vous n'avez pas un nom français", me dit-il. "Non, je suis d'origine norvégienne", lui dis-je. "Ah, ah, de père ou de mère?". "De père et de mère". "Alors, me dit-il en colère, comment se fait-il que vous, pur aryen, vous soyez avec ces salauds de latins?". Il poursuivit en critiquant la France et les Français, mais s'il croyait me convertir il faisait fausse route. "Connaissez-vous des juifs?", me demanda-t-il . J'en connaissais : il y en avait deux dans mon régiment. Mais j'ai franchement menti, nettement, sans hésitation, en disant "Non!". C'est alors qu'il reprit : "Si par hasard vous en rencontrez, veuillez nous donner noms et adresses, parce que, voyez-vous, nous avons des camps spéciaux pour eux"... Deuxième raison pour faire de la résistance ! Puis il me dit :"Vous êtes de Saint Brieuc? Dans les Côtes-du-Nord?. "Oui", lui dis-je. "Alors vous connaissez des Bretons, des Bretons parlant breton... Voyez-vous, nous savons que certains Bretons se plaignent de la France. Alors nous avons l'intention de les convoquer et de leur expliquer que, dans certaines conditions, ils seront libérés avant les autres" !.
Voilà, les trois raisons de ma résistance : en une demi-heure, ce SS m'avait converti à la résistance.

Lien pour accéder à un article sur le parcours du Dr Hansen dans les camps



Document 7. Les six pasteurs protestants morts en déportation 

Crespin Yves, Église Réformée de France (E.R.F) St Brieuc, mort à Dora

Féat André, pasteur de l’Église Baptiste, déporté au camp de Flossenbürg, mort à Dachau.
André Féat est né à Morlaix le 20 octobre 1916. Ses parents sont engagés politiquement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, son père est arrêté et emprisonné cinq mois à la prison de Rennes. André exerce comme pasteur assistant à Morlaix, il habite au numéro 22 de la Place des Halles. Son engagement politique le conduit à adhérer au Parti Socialiste clandestin.
C'est un résistant notoire sur le plan local. En tant que pasteur, il va marier au Temple de Morlaix (situé en face la Kommandantur) sa sœur et son beau-frère recherché par les allemands comme réfractaire au Service du Travail Obligatoire. André Féat fait partie d'une liste de 60 otages arrêtés le 26 décembre 1943 à Morlaix. Son numéro de matricule est le 42 907. Il meurt le 3 avril 1945 à Dachau en Allemagne dans ce qu'on a appelé "la baraque des curés".

Sources : Documents des camps (Base Arolsen), article du Télégramme du 26 avril 2019 consacré aux souvenirs de sa sœur Marguerite Hameury, Les déportés morlaisiens dans les camps nazis. 


Fiche du pasteur André Féat. Source Arolsen













Heuzé Marcel, E.R.F Marseille, mort à Ravensbrück.
Marcel (Léon) Heuzé est né le 16 décembre 1897 au Havre. Il se marie avec Simone Courtial le 4 août 1924 en Isère, le couple aura deux enfants.
Il est d’abord pasteur à Lens de 1926 à 1939 puis part à Marseille où il habite au numéro 68 rue de la République.
En 1943, sa vie va basculer après une cérémonie dont il a la charge dans le cadre de l'exercice de ses fonctions de pasteur : dans une conversation privée avec les enfants d’une dame dont il venait de célébrer l’enterrement, il critique la brutalité des nazis qui viennent d’évacuer le Vieux Port. Il est dénoncé par ces derniers et il est arrêté peu après chez lui le 27 février 1943 et passe plusieurs mois à la prison Saint-Pierre de Marseille. Il est placé avec les détenus juifs et célèbre pour eux des cultes et forme des groupes de dialogue.
En septembre, il est déporté et le 18 septembre 1943, il arrive au camp de Buchenwald (matricule 21 242, détenu politique). Rapidement il est affecté au Kommando de Dora où il reste jusqu’au début d’avril 1945. Il est évacué vers Ravensbrück et meurt d’épuisement dans ce trajet, probablement le 26 avril 1945.
Une rue porte son nom à Marseille.

Sources :
Etat civil en ligne de la commune du Havre (Seine-Maritime), registre des naissances, cote 4E 13 046
Article en ligne avec le témoignage de Mme Heuzé




Portrait de Marcel Heuzé publié sur le blog de liens protestants


Fiche du pasteur Marcel Heuzé. Source Arolsen

Plaque de la rue du pasteur Heuzé à Marseille.




Juteau René, Église Évangélique Luthérienne de France, mort à Dora.
René Juteau est un pasteur mais aussi, dans les années 40, le directeur du lycée protestant de Glay dans le Doubs. Ce lycée était situé à huit kilomètres de la frontière avec la Suisse, dans une région avec une forte opposition aux troupes allemandes. Des élèves du lycée participent aux activités d’un groupe de la Résistance. En octobre 1943, trois sont arrêtés ainsi que le surveillant général et le directeur, René Juteau. Il meurt dans le camp de Dora en avril 1945. Son nom figure sur le monument aux morts de Glay dans le Doubs : « A la mémoire des résistants de l’institut de Glay, morts en camp de concentration, directeur : Pasteur Juteau René, 29 ans ». Suivent les noms de 4 élèves de 16 et 17 ans.


Sources :
Monument aux morts, site université de Lille 
Témoignage de Robert Salomon, élève du Lycée de Glay.






Fiche du pasteur René Juteau. Camp de Dora. Source Arolsen

Fiche du pasteur René Juteau. Camp de Dora. Source Arolsen

Commune de Glay, plaque commémorative. Photo Université de Lille





Roullet Yann, E.R.F, pasteur à Mougon, mort au Struthof en 1944.
Yann Roullet est né le 13 février 1915 à La Rochelle (Charente-Maritime). Fin 1938, il décide de devenir pasteur et commence ses études. En 1942, il soutient un mémoire de licence sur le sujet : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ». Ce texte mystique édité chez Plon en 1950 avec une préface de Daniel Rops, ainsi que l’édition en 1947 aux éditions Neuchâtel d’un recueil de lettres lui valent de figurer sur la plaque commémorative "Aux écrivains morts pour la France" au Panthéon, à Paris.


Il se maria le 2 septembre 1942 à Bordeaux (Gironde) avec Madelaine Ohmstede. En septembre 1943, il est nommé pasteur à Mougon (Deux-Sèvres). Il entre dans la Résistance au réseau Alliance. Il est arrêté le 9 mars 1944 et déporté au camp de Schirmeck (Bas-Rhin), où il arrive par le convoi du 29 avril 1944. Tous les jours, selon le témoignage d’un survivant du massacre, le docteur Lacapère, le pasteur Roullet procédait à haute voix à une méditation écoutée de tous.
Il est exécuté le 2 septembre 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin) ; Il fut déclaré Mort pour la France et reçut la Croix de guerre à titre posthume. Son nom figure sur le monument aux morts de Mougon (Deux-Sèvres) ainsi que sur celui de la commune des Vans en Ardèche avec celui de son grand père Léonce Vieljeux qui en était originaire. Il figure également sur la plaque du réseau S.R. Alliance au camp de concentration du Struthof, à Natzwiller (Bas-Rhin).


Sources : cette fiche est un condensé d’un article publié sur le site LE MAITRON
Un très grand merci aux deux auteurs, Jean-Louis Ponnavoy et Michel Thébault, qui ont travaillé à partir des documents suivants : MémorialGenWeb. François Dermange, Yann Roullet, un pasteur mystique in La Mystique face aux deux guerres mondiales sous la direction de Dominique de Courcelles et Ghislain Waterlot, PUF ed. Paris 2010. Wikipédia "Réseau Alliance" et "camp de concentration de Natzweiler-Struthof". Marie-Madeleine Fourcade "L’Arche de ¨Noé" Fayard 1968. État civil. Réseau Alliance

Lien :  Extraits en version PDF de l'ouvrage de Yann Roullet (cliquer sur le lien ci-dessous)
« Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné », texte édité chez Plon en 1950








Roux Charles, E.R.F Marseille, mort à Buchenwald
Charles Roux est né le 30 janvier 1878 dans le 8e arrondissement de Paris.
Dans les années 40, il exerce des responsabilités dans le monde protestant puisqu’il est le Président du conseil régional de Provence de l’Eglise Réformée de France. Il est dans l’entourage proche du pasteur résistant Jacques Monod.
Au moment de son arrestation en juin 43, il a trois enfants, son épouse s’appelle Henriette, ils habitent Chemin du Roucas-Blanc à Marseille. Leur fils est opérateur-radio pour le compte d’un agent américain, ce qui leur vaut d’être arrêté tous les deux.
Charles Roux est envoyé au camp de Buchenwald le 19 janvier 1944 (matricule 39581) où son décès est enregistré le 3 février 1944.
Henriette Roux, femme du pasteur Charles Roux, de Marseille a également été internée mais au camp de concentration de Ravensbrück. Elle en est revenue vivante.


Sources : Charles Roux est cité dans le livre de Patrick Cabanel « De la paix aux résistances : les protestants de France (1930-1945) et dans le livre « La gestapo française » de Gérard Chauvy et Philippe Valode.




Fiche du pasteur Charles Roux. Camp de Buchenwald. Source Arolsen
Fiche du pasteur Charles Roux. Camp de Buchenwald. Source Arolsen

Fiche du pasteur Charles Roux. Camp de Buchenwald. Source Arolsen




Document 9. Famille Crespin


Les parents d'Yves Crespin:
Numa Crespin (1876-1940), son père, né à Branoux, un petit village du Gard où il a introduit avant 1900, "Les Unions Chrétiennes de Jeunes Gens et la bicyclette". Comptable d'abord à la Compagnie des Mines de la Garnd-Combe, puis, après la guerre 14-18 (au cours de laquelle il a été gravement blessé) chez un marchand de vins et spiritueux à Loriol (Drôme). Il décède le 5 février 1940 à Livron-sur-Drôme.
Lydie Combier (1878-1943), sa mère, née à Saint Cierge la Serre (Ardèche), sans profession. Lydie et Numa se marient le 14 octobre 1903 à Privas en Ardèche.


Les frères d'Yves Crespin:
Marcel Crespin (1904-1974), qui était instituteur au départ, est devenu pasteur. Il a été ensuite missionnaire, envoyé au Cameroun de 1933 à 1945 par la Société des Missions Évangéliques de Paris. Il est consacré pasteur de l'Eglise Réformée de France par la suite.
Il est décédé à Neuchâtel en 1974.
Wilfried Crespin (1910-1979)
Pasteur de  l'Eglise Réformée de France
Raoul Crespin (1915)
Après ses études à HEC a fait une carrière à la Banque de France où il a terminé directeur général. Il a longtemps milité au sein du Mouvement du Christianisme Social.

L'épouse d'Yves Crespin, Jeannine Kuntz
Jeannine Kuntz (1912-2000) est née à Paris, dans le 4e arrondissement en 1912, orpheline de père en 1917, elle est "adoptée par la Nation" le 5 octobre 1922. Elle se marie avec Yves Crespin le 11 janvier 1936 à la mairie du XIe arrondissement de Paris. Elle est décédée le 27 juillet 2000 à La Garde (Var)
Le père de Jeannine est Louis Albert Kuntz, né en 1879 à Philippeville (Algérie), employé de banque, mort en 1917 à la guerre (à Beauvais).
La mère de Jeannine est Marguerite Émile Good, née le 12 janvier 1883 à Poissy (Yvelines). Elle était professeur de primaire supérieur à Illiers-Combray (Eure-et-Loir) et professeur d'anglais. Elle est décédée le 12 décembre 1934 à Illiers-Combray.
Marguerite descend, par son père Gustave Good et sa mère Louise Monod, de familles huguenotes réfugiées aux Pays-bas et au Danemark après la Révocation de l'Edit de Nantes.
 Louis Kuntz et Marguerite Good se sont mariés le 16 juillet 1907 à Paris, 4e arrondissement.

Sources :
La famille Monod, par le docteur Gustave Monod, 1890.
Renseignements fournis par Jean-Claude Crespin d'après l'arbre généalogique familial édité en 1965.
Site Généanet, familles Good, Monod, Kuntz, Crespin (fiches détaillées de Pascale Hollande, Bernard Ponge).


 

Document 10. Certificats de baptême




1940 Temple protestant de St Brieuc, certificat de baptême Mireille Crespin


1940 Temple protestant de St Brieuc, certificat de baptême Michel Crespin

1945 Temple protestant de St Brieuc, certificat de baptême Françoise Crespin


Document 11. Chronologie des recherches sur le pasteur Yves Crespin

2018

Janvier 
Recherches dans les archives du Temple de St Brieuc

Février 
Mise au point de la page Histoire du site de l’Église Protestante Unie de St Brieuc.
Consultation du dossier constitué par le fils du pasteur Crespin et déposé à la Bibliothèque André Malraux de St Brieuc.
Lecture des Carnets 1921-1944 de Louis Guilloux.
Consultation des notes personnelles de Louis Guilloux sur l'ouvrage Carnets 1921-1944 et des dossiers sur l'accueil des réfugiés à St Brieuc en 36, 37, 38...
Recherches aux Archives municipales (dénomination de la rue Yves Crespin)
24 février, rencontre avec Jean-Claude Crespin (fils du pasteur Crespin) chez lui à Riom dans le Massif-Central.

Mars
Consultation du dossier Yves Crespin aux archives départementales des Côtes-d'Armor.

Avril 
Numérisation des documents, écriture du canevas de l'histoire du pasteur Crespin.

Mai 

Lecture du livre non publié de Louis Guilloux, Les gens du château. Le but était de déterminer si le personnage du pasteur Briand (Crespin) apparaissait dans ce roman mais l'auteur a surtout dépeint le milieu des autonomistes bretons pendant l'Occupation. Aucune trace du pasteur...
Publication de nombreux textes et documents sur Yves Crespin dans le blog de l'histoire de l’Église Protestante Unie de France dans les Côtes d'Armor.

Juin
Démarches pour accéder au dossier personnel du pasteur Crespin aux Archives nationales

Septembre
Édition d'un livre photo en un exemplaire sur l'histoire du pasteur Crespin.
Rencontre au musée de St Brieuc pour découvrir les objets personnels du pasteur Crespin remis au musée par son fils.
Présentation du projet Yves Crespin à l'assemblée générale de l'Eglise Protestante Unie des Côtes d'Armor à Plourhan

Octobre
Recherches aux Archives nationales à Paris autour du dossier des pasteurs Crespin et Orange.
Travail sur le roman "Le jeu de patience" de Louis Guilloux pour extraire et analyser tous les passages qui évoquent le pasteur Crespin.
Lecture du livre "De la nuit à l'aurore" sur la Résistance au Lycée Le Braz (passages sur Yves Crespin et Erling Hansen)
Contacts avec l'association "Buchenwald-Dora" pour la reproduction de documents et la relecture de textes sur la période où le pasteur était dans ces camps.

Novembre
Rencontre du bureau de l'association des anciens élèves du lycée Anatole Le Braz
Recherches aux Archives départementales sur l'arrestation du pasteur Crespin et de ses amis en 1943  à St Brieuc (fichiers de police et de la préfecture)

Décembre
Recherches aux Archives départementales sur l'action du pasteur Crespin au moment des réfugiés espagnols en 37, 38, 30 à St Brieuc et sur le temps où il était aumônier au Lycée Le Braz.
Travail sur le livre "Les déportés des Côtes du Nord"
Contact avec Patrick Cabanel pour la relecture des textes sur les protestants pendant la Résistance.
Rencontre avec Michel Guyomard (de la maison Louis Guilloux) pour la relecture des textes sur le personnage du pasteur dans l'oeuvre de Louis Guilloux.

Janvier 2019
Première réunion d'un petit groupe de suivi du projet Crespin avec des membres de la paroisse protestante avec pour objectif de déterminer les différents panneaux d'une exposition sur le pasteur et la Résistance.

Février 
Au Musée de St Brieuc, redécouverte de documents manuscrits du pasteur Crespin dans le sous-main qui se trouvait dans son bureau au presbytère de St Brieuc.
Contact avec différentes maisons d'édition en vue de la publication du livre sur le pasteur Crespin.
Lors d'une cérémonie commémorative de l'exécution des 3 lycéens résistants du Lycée Le Braz au cimetière St Michel de st Brieuc le 21 février, rencontre avec Maria Letonturier (épouse de Maurice Letonturier, lycéen arrêté en 43) et de sa fille; rencontre avec Jean Geffroy (arrêté en 43) et son épouse. Discussion avec Jean Geffroy sur ses souvenirs du pasteur Crespin (il était son voisin!).
Travail approfondi de relecture et corrections sur le manuscrit.




Tombe d'Yves Salaün, lycéen de St Brieuc fusillé en 1944

Jean Geffroy et son épouse. 21 février 2019 St Brieuc.

Cérémonie du souvenir des 3 lycéens martyrs du lycée Le Braz. 21 février 2019 St Brieuc.

Entretien avec Jean Geffroy. Le Télégramme. 19 février 2019



Mars

Poursuite des contacts avec des maisons d’éditions.
Deuxième réunion du groupe de suivi du projet Crespin (questions autour de la publication, du site internet et des panneaux d’exposition).


Mai

Contact avec Cécile Pateau et Gaëlle Demanet qui enseignent au Collège Racine de St Brieuc. Elles ont mené un remarquable travail avec une classe de 3ème sur la Résistance.

La première, Cécile Pateau, est professeure d'éducation musicale au collège Racine et professeure référente de la classe des cadets de la Sécurité Civile.
La seconde, Gaëlle Demanet, est professeure d'histoire-géographie au collège Racine et professeure Conseiller-relais auprès du Musée de la Résistance en Argoat - Saint-Connan-Plésidy.

Avec leurs élèves, ces deux enseignantes ont créé un circuit audio sur la Seconde guerre mondiale à St Brieuc.

Leur classe de 3ème A a remporté le 1er prix dans la 4ème catégorie pour un travail collectif. Nous adressons aux 22 élèves et à leurs professeures toutes nos félicitations !
Une rencontre est programmée en octobre 2019 avec la classe Erasmus qui fera le concours de la Résistance en 2020 pour parler de l'engagement du pasteur à St Brieuc, dès le début de la guerre, et même avant. 




Photo de la classe de 3ème du collège Racine devant la plaque de la rue du pasteur Crespin. Photo G. Demanet


Juin-Début juillet

Travail sur le manuscrit en fonction des ajouts souhaités par la maison d'éditions La Cause.
Constitution d'un album de photographies pouvant illustrer l'ouvrage.


Octobre

Présentation du projet de livre sur Yves Crespin aux protestants des Côtes d'Armor réunis lors de leur journée de rentrée le 6 octobre à Plourhan.

Le 17 octobre, intervention au collège Racine dans une classe de 3ème qui prépare le concours de la Résistance sur le thème de l'engagement en 1940. Les élèves ont choisi d'évoquer la figure du pasteur Crespin.

Proposition de Jean Baptiste Legavre qui dirige un Dictionnaire Louis Guilloux à paraître aux Presses Universitaires de Rennes. Une entrée est logiquement consacrée au Pasteur Crespin et j'ai accepté de travailler à ce projet. Le rendu est prévu en juin 2020. Même s'il ne s'agit que de quelques lignes, c'est encore une belle occasion de faire connaitre la vie du pasteur Crespin !

Poursuite des contacts avec la maison d'éditions La Cause.


Novembre 2019

Le 19 novembre, évocation de la Résistance, du pasteur Crespin et d'Erling Hansen avec Solveig Hansen, 103 ans ! C'est le pasteur Crespin qui a célébré son mariage en 1943 au temple protestant de St Brieuc.

Le  21 novembre, poursuite du travail commencé au collège Racine dans une classe de 3ème qui prépare le concours de la Résistance sur le thème de l'engagement en 1940. 
Guillaume Le Meur de l'ONAC et Michel Piéto ont dans un premier temps raconté l'histoire de plusieurs résistants et résistantes des Côtes-du-Nord.
A la fin de la séance, nous avons commencé à évoquer la manière dont la vie du pasteur Crespin pourrait être racontée à la première personne, dans le cadre du concours.



Au collège Racine. St Brieuc. Photo R.F


Février 2020
Jeudi 6 février, séance de travail avec les petits groupes d'élèves du collège Racine. Ils mettent en forme "Le journal de bord du pasteur Crespin en 1940" pour le concours de la Résistance.
Certains continuent des recherches sur Internet, me posent des questions. D'autres commencent à copier sur du papier vieilli ou découpent des images, des photos, écrivent... C'est une véritable ruche dans le centre de documentation. Et le résultat final prend forme.

Mars 2020

Réunion de travail au téléphone avec Matthieu Arnera pour le choix des illustrations. Chacun derrière son ordinateur nous parlons des photos et de celles qu'il faudrait retenir.
On voit aussi comment le blog peut être le complément pour les futurs lecteurs du livre.
Le 6 mars, les éditions de La Cause me font parvenir une maquette de la couverture du livre. C'est assez "moderne", avec des couleurs vives. Le public "jeune" est visé par cette nouvelle collection de livres à prix modique (une douzaine d'euros).

Avril 2020
Reçu le livre dans le format où il sera édité. Il faut tout relire avec beaucoup d'attention, indiquer ce qui doit être corrigé, tant que c'est encore possible.
Suite à la demande de Matthieu Arnera, je fais de nouvelles propositions d'illustrations.
Lundi 20, l'imprimeur reprend son activité après plus d'un mois d'arrêt. Il sera prêt quand le manuscrit lui sera envoyé.

Mai 2020 
Nouvelle relecture, dernières modifications et enfin, le bon à tirer est envoyé à l'imprimeur. On refait un contrat pour que les droits d'auteur soient versés à l'association d'entraide protestante de St Brieuc.
La présentation du livre est déjà dans le catalogue de La Cause ! Certaines personnes manifestent leur impatience ou leur curiosité :
Le neveu du pasteur Crespin veut savoir si une exposition accompagnera la sortie du livre.
Noëlle Bessis, fille du résistant Georges Bessis arrêté avec le pasteur Crespin, envoie des documents sur son père.
Jean-Claude Nexon est impatient de lire cette histoire. Il n'était qu'enfant dans les années 40 à Saint-Brieuc mais il se souvient avoir vu le pasteur Crespin venir discuter avec sa mère à de nombreuses reprises. Le visage du pasteur est resté gravé dans sa mémoire.

Juin 2020
Les premières commandes arrivent aux éditions de La Cause mais le livre n'est pas encore fini d'imprimer.
Mercredi 10 juin, ça y est, le livre arrive de l'imprimerie jusqu'aux éditions de La Cause. Il peut maintenant figurer en ligne sur le site des éditions dans les nouveautés. C'est le début de la campagne de communication dans les médias protestants, l'envoi de mails et d'ouvrages pour les centres de documentation et facultés de théologie...
C'est ainsi que le livre est maintenant disponible à la Bibliothèque de l'Assemblée Nationale sous la cote SE 2898.

Des dépôts-vente sont organisés avec les librairies locales...





Document 12
Index des personnes citées dans les trois parties du livre et dans les annexes

Aubert Louis p 74
Avril Henri, préfet, (voir aussi Jolivet) 130, 131
Babut Hélène p 37, 42
Barth Karl, théologien, p 160, 162, 164, 171
Bernadac Christian, auteur, p 156
Bertrand André-Numa, pasteur, p 81, 161, 169
Bessis Georges, déporté p 64, 67, 68, 83, 86, 89, 92, 133
Birin, frère p 93
Blanc Mlle p 37, 38, 42
Blanchot Joseph, déporté p 94, 96, 98, 99, 118, 179
Blangy Lucien, proviseur, p 42
Boegner Marc, pasteur p 39, 78, 81, 114
Boniface Aimé, pasteur p 72, 93
Bouhon Victor, pasteur p 11
Bouttier, pasteur, p 118, 126
Bouvier Jacques p 21, 35
Briand Armand, alias Yves Crespin, p 138, 139, 144, 150, 151, 154
Briand Francine, alias Jeannine Crespin p 147, 151, 154
Brilleaud Octave, maire, p 25
Bury Charles, déporté p 101
Bushenchutz, pasteur, déporté p 88, 90, 91, 92, 111, 179
Cabanel Patrick, auteur, p 167
Cavaillès Jean, professeur, p 164
Cespiva Jan, docteur p 104
Chéruel, abbé p 78, 126, 171, 172
Coquerel, avocat p 109
Coupeaux Georges, résistant, p 74
Crespin Françoise p 22
Crespin Jean, p 181
Crespin Jean-Claude p 22, 37, 58, 104, 108, 112, 114, 179, 181
Crespin Jeanine (née Kuntz) p 21, 37, 56, 62, 66, 68, 69, 77, 103, 107, 108, 112, 130, 150, 153, 179, 180
Crespin Joël p 22, 108
Crespin Lydie (née Combier) p 15
Crespin Marcel p 15, 130
Crespin Michel p 22, 58, 108, 112
Crespin Mireille p 22
Crespin Numa, père du pasteur p 15
Crespin Raoul p 15, 28, 31, 32, 55, 108, 181
Crespin Wilfried, frère du pasteur et pasteur lui-même, p15, 28, 78, 108, 109, 130
Darlan, amiral p 38, 40
Desailloud Roland p 66
De Villeneuve, Michel-Henri, préfet p 64
Dhouailly Amédée, pasteur, déporté p 111
Dietrich, Suzanne de, p 161
Dudoret Louis p 64, 66, 70, 83, 86, 89, 133
Dumas André, auteur, p 159
Durand Pierre, auteur, p 89
Encrevé André, auteur, p 163
Féat André, pasteur, p 163
Feillet M. p 77
Fender Mme p 25
Fleury Eugène, abbé p 13, 54, 74, 75, 76, 129
Flouriot, général, p 130
Foëx Marthe p 80
Gallas Mme p 109
Gamblin Gabriel , avocat puis Préfet, p 78
Gasdoué, le dénonciateur, p 150, 151, 152
Geffroy Georges, élève fusillé, p 47
Girard Roland p 47, 64, 66, 70
Good Marguerite p 21
Guilloux Louis, écrivain, p 13, 24, 25, 27, 137, 149, 150, 152, 180
Guitton M. p 64
Hansen Anna p 63, 66
Hansen Einar p 63, 64, 66
Hansen Erling, docteur, déporté p 13, 55, 66, 67, 70, 73, 83, 86, 88, 92, 104, 117, 119, 125, 130, 131, 133, 148, 153, 154, 155, 180
Hansen Oscar p 117, 119
Hansen Thorleif p 109
Hébert Mme p 25
Heuzé Marcel, pasteur, déporté p 101, 110, 163
Heuzé Mme p 103
Huck Jean p 63, 64, 66
Jeanson Suzanne p 21
Jézéquel Yvon, élève, p 127
Jézéquel, conseiller général, p 130
Jolivet Louis, neveu d'Henri Avril, p 69
Josse Marie p 38
Juteau René, pasteur, p 163
Kieffer Jean-Marc, pasteur, p 132, 181
Kirchner Renaud, p 181
Kleinhaus Jeanne p 33
Kuntz Albert p 21
Kuntz Jean p 86
Labosse A. p 73
Lavoquer Yves, professeur, p 46, 74
Le Bail Max, conseiller général, p 130
Le Cornec Pierre, élève fusillé p 47
Le Gall p 76
Le Gorrec Pierre, résistant, p 129
Lemière, docteur, déporté p 101
Le Quelennec Yvette p 129
Lopez Vicenta p 27
Mainguy Henri, résistant, déporté p 83
Métairie Jean, résistant, p 75, 129
Martin Lucien, résistant p 120
Marquer Paul, pasteur, p 175, 176
Maury Pierre, pasteur, p 160, 164
Mercier Lucienne p 66, 67
Merck docteur p 32, 34
Nédélec Marcel, p 146
Niemöller Martin, pasteur, p160
Orange Hélène p 102, 103, 111
Orange Henri, pasteur, déporté p 100, 117, 179
Perrin M. p 94, 98, 179
Pétain, maréchal, p 161, 168
Petit M. p 25
Pléven René, député, p 130
Ploton, chanoine p 93
Poulin, aumônier militaire, p 176
Prigent Ernest p 13, 53, 55, 63, 66, 68, 69, 76, 130, 133, 175, 179, 181, 188
Prigent Mme (née Somerville), p 175
Prigent Pierre p 77
Quetin docteur p 32
Raineval, colonel, p 130
Rank (et Hank), docteur, alias docteur Hansen, p 142, 154, 156
Raoult-Duval Guy p 99, 117
Raspail Françoise p 181
Raspail Marcel, pasteur p 15, 23, 111, 118, 119 à 122, 126
Raspail Monique p 121
Rault M. p 25
Reclus Etienne, p 176
Réger, conseiller général p 130
Ricoeur Louis et Elise p 11
Ricoeur Paul, philosophe, p 12
Rohr Maurice, pasteur p 32, 56, 77, 78, 80, 99, 102, 107, 109, 110, 113, 115, 117, 118, 179
Roser Henri, pasteur, p 175
Roullet Yann, pasteur, 163
Roux Charles, pasteur, p 163
Roux Théophile, pasteur, p 12, 174
Royer, maire p 126, 129, 130
Sablier M. p 25
Saint Marc, Henri de, p 133
Salaün Yves, élève fusillé, p 47
Scarabin Jean, pasteur, p 11, 12, 100
Schwetz François p 93
Scott Mlle p 37, 42
Somerville Georges p 76
Somerville Hélène p 76
Stock, aumônier p 109
Thyl Joseph p 93
Vallée Armand, abbé p 25, 127, 129, 145, 171, 172
Vallée Adolphe p 73, 74, 179
Van Etten Henri p 109
Verdier Louis p 109
Vermeil Edmond, professeur, p 164
Vidal Elie, pasteur p 107, 109, 113, 115, 118, 126, 156
Villard Georges p 109



Document 13
Protestants et Résistance, la mission de Trémel (22)
Une autre grande histoire de Résistance dans les Côtes-du-Nord, liée au protestantisme, fut l'oeuvre de quelques personnes admirables et se déroulèrent à la Mission baptiste de Trémel.
En 2016, Guillaume et Marie-Yvonne Le Quéré ont été déclarés Justes parmi les Nations pour leur aide aux juifs pourchassés pendant l'Occupation.
Ces faits sont relatés avec beacoup de détails sur le site de Jean-Yves Carluer.

à lire sur le blog de Jean-Yves Carluer 
Les justes de Trémel 1
Les justes de Trémel 2
Les justes de Trémel 3
Les justes de Trémel 4  La mission baptiste, lieu de refuge
Les justes de Trémel 5  L'été de tous les dangers
Les justes de Trémel 6  Marie-Yvonne Droniou-Le Quéré, Juste parmi les Nations


Des vidéos relatent aussi ces événements et on peut y découvrir le témoignage de survivants :

Vidéo 1. France 3 Bretagne

Vidéo 2. Le Télégramme


Document 14. 
Les éditions La Cause ont permis que le livre sur Yves Crespin soit disponible dans de nombreux instituts de formation, facultés et musées :
Facultés de Théologie de Montpellier et de Strasbourg, Institut Biblique de Nogent sur Marne, Institut Catholique de Lille, Faculté de Lettres de Brest, Institut protestant de théologie de Paris, Faculté Jean Calvin d'Aix-en-Provence, Bibliothèque des Religions de Guilherand-Granges, Institut Biblique de St Julien en St Alban, Institut Biblique Baptiste d'Algrange, Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, Institut Catholique de Paris, Université Catholique de Louvain en Belgique, Ecole Chrétienne de langue française de Massy, Campus Adventiste de Collonges-sous- Salève, Faculté autonome de théologie protestante de Genève en Suisse, Haute école de Théologie de St Légier en Suisse, Institut Biblique belge de Bruxelles, Musée du protestantisme dauphinois, Bibliothèque de l'Assemblé Nationale, Université Catholique de Lyon.


Document 15. 
Une série de douze documents inédits sur Yves Crespin, conservés par le centre de recherche d'Arolsen en Allemagne.
Les fiches viennent des archives des camps de Buchenwald et de Dora.
 

Fiche du pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen




Liste des documents (10) qui émanent du camp de Buchenwald. On note par exemple la dernière mention de la liste : Zahlungsauftrag (ordre de paiement) 2. 
On retrouvera ces documents plus bas...

Fiche du pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen
Inhaltsverzeichnis des koffers von Crespin Yves (Contenu de la valise de Yves Crespin).
On peut noter :

Paar socken 2 (paire de chaussettes)
Morgenrock 1 (robe de chambre)
Brushvanner 1 (pinceau)
Handschuhe 1 (une paire de gants)


Fiche du pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen


Fiche du camp de Dora
Polit Fr (prisonnier politique français)
Priester (prêtre)
Posteingang (boite de réception)
Postausgang (boite d'envoi)
Verstorben (décédé) 16 mars 1944

Fiche du pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen





Docuement sur le pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen



Fiche du pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen


Beruf (emploi) Evangélique
Mention en anglais au crayon de papier « Death » et plus bas au dessus de GESTORBEN (décès) 11.3.44, ce qui est la date exacte du décès d’Yves Crespin. La mention 16 März 1944 vient des autorités allemandes.

Quelques exemples d'objets du pasteur mentionnés dans cette liste : 
2 pullover
2 unterhemden (maillot de corps)
2 unterhosen (slip)
1 paar schuhe (paire de chaussettes)
1 paar strümpfe (paire de bas)
1 brieftasche (portefeuille)

Mention au crayon de papier : Herzschwäche (insuffisance cardiaque)



Fiche du pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen


Mention dactylographiée à l'encre violette : 9.9.44 Nachlass aufgelöst (succession dissoute le 9 septembre 1944)

Mandat envoyé au pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen


Office des changes, ordre de paiement de Mme Crespin, Pont de Mont Vert Lozère.
Bénéficiaire Crespin Yves, au camp de Buchenwald
Avec un tampon du 22.III.44 (22 mars 44, donc après le décès d’Yves Crespin)



Mandat envoyé au pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen


Office des changes, ordre de paiement de Mme Crespin, rue Victor Hugo St Brieuc.
Bénéficiaire Crespin Yves, au camp de Buchenwald
Avec un tampon du 11.IV.44 (11 avril 1944, donc après le décès d’Yves Crespin)



Docuement sur le pasteur Yves Crespin à Dora. Source Arolsen

Mention dactylographiée « gest » pour GESTORBEN (décès) 11.3.44, ce qui est la date exacte du décès d’Yves Crespin.


Fiche signée par le pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen


Verhaftet 2.11.43 (arrêté le 2 novembre 1943)
En bas de document, mention dactylographiée GESTORBEN (décès) 11.3.44, et ABGESETZT 16 März 1944


Mention manuscrite du pasteur Yves Crespin à Buchenwald. Source Arolsen


Ecriture manuscrite du pasteur Crespin