mercredi 19 août 2020

Le pasteur Thomas Mentzel (1954)


Le pasteur Thomas Mentzel


Origines

Le pasteur Thomas Mentzel est né le 18 août 1954, dans une famille luthérienne d’instituteurs, au village de Nébra, dans les environs d’Erfurt (Allemagne de l'Est). En 1960, alors que le mur de Berlin n’est pas encore construit, la famille émigre clandestinement pour fuir l’oppression politique et religieuse du régime de la RDA. Elle s'établit près de Hanovre, en Basse-Saxe. 



Etudes et premiers postes

Au contact d'un mouvement de réveil de l’Eglise luthérienne, Thomas Mentzel décide d’entreprendre des études de théologie à l’institut de formation de la « Mission de Hermannsburg » (1975-1981). Il côtoie d'ailleurs, à ce moment de ses études, le fondateur du mouvement de réveil de l'Eglise luthérienne du temps de mes études à Hermannsburg, le Professeur de théologie, d'origine norvégienne, Olaf Hansen. 
Après avoir obtenu le diplôme de maîtrise, il part en France pour perfectionner ses connaissances linguistiques et théologiques (Reuilly, Université de Strasbourg et à l’Institut Protestant de Théologie de Montpellier de 1982 à 1987). Il se marie avec Mariane Chapelon en 1987 et entre dans le service de l'Eglise Réformée de France. Avant d'arriver à St Brieuc, il occupe les postes de Firminy, Charleville-Mézières/Sedan.
 


En Bretagne

A St Brieuc, Thomas Mentzel reste de 1994 à 1997. En plus des missions dévolues habituellement à un pasteur, Thomas Mentzel va avoir plusieurs initiatives originales : Il lance une action d'aide à l'école biblique de la ville de Boko au Congo. Il réunit les jeunes de la paroisse pour des débats où aucun sujet n'est tabou. Il propose de faire des réunions de quartier ouvertes et conviviales. Des groupes vont alors se créer à Servel, Prat, Perros, Plérin, dans le quartier de Robien à st Brieuc. Il se passionne pour l'histoire du protestantisme dans les Côtes du Nord au 16ème et au 17ème siècle et présente le fruit de ses découvertes sous forme d'un montage-diapositives à Perros et St Brieuc. 
Il rejoint ensuite Sens, Melun, Troyes, Bar-le-Duc/St Dizier et enfin Cavaillon/Lourmarin en 2014 avant de prendre sa retraite en 2016 à l'âge de 62 ans.




Sources  

Biographie complétée et vérifiée par le pasteur Thomas Mentzel lui même.




Le pasteur Jean-Pierre Blanc (1944)


Le pasteur Jean-Pierre Blanc

Le pasteur Jean-Pierre Blanc est né le 9 juillet 1944 à Alès dans le Gard. Il va exercer à Saint-Brieuc de juillet 1972 à juillet 1976. Le pasteur Bösiger (président de la région) est venu pour son installation le 29 octobre 1972.
Jean-Pierre Blanc a, dès son arrivée, contacté le directeur de la prison de St Brieuc pour être aumônier de la prison. Il peut alors visiter les détenus et faire en sorte qu'ils puissent recevoir des colis qu'il distribuera lui-même.
C'est un pasteur qui s'inscrit dans la vie de la cité et ne craint pas le débat et l'affirmation de ses convictions. Ainsi il participe à une réunion d'information, le 24 mars 1973, pour les assistantes sociales sur le thème de l'avortement.
Il est engagé dans la Croix bleue (lutte contre les addictions) sur le plan régional et national et anime les réunions sur le plan local.
Il effectue un stage pour devenir directeur de la colonie de vacances de Crampoisic en 1973.
Il part de St Brieuc pour une fonction très différente à l’Institut Educatif et culturel destiné à la formation des directeurs et cadres de collectivités sociales.







La photo (ci-dessus) prise le 18 août 1976 au départ du pasteur Blanc, devant le temple de Perros-Guirec, le montre avec son épouse et leurs deux enfants. Se trouvent à leurs côtés Monsieur Yves Herlent (avec les lunettes) qui deviendra Président de Musique et Chant de la Fédération protestante de France et son épouse à gauche ainsi que, en retrait, Madame Michèle Le Goffic, responsable de l’église de Lannion.




Août 1976 Ouest-France Départ du pasteur Jean-Pierre Blanc, sur la gauche on reconnait M.Paul



Le pasteur Jean-Pierre Blanc dans son bureau à St Brieuc en août 1976


Sources 

Archives du temple de St Brieuc. 

Registres du conseil presbytéral 

Bulletin paroissial "Le lien" 1972-1974-1975-1976

Jacques Bourgenot (1925-2013)



Jacques Bourgenot (1925-2013)


Avant d'arriver à St Brieuc, Jacques Bourgenot (né en 1925) et son épouse (Anne Schlameur) habitaient en Franche-Comté et ils ont suivi les rassemblements œcuméniques qui se déroulaient à Taizé.
Le couple a eu 3 enfants : Thierry; Florence et Isaline.
 

Jacques Bourgenot était chef de service financier, il habitait avec son épouse à Loudéac en 1969. A St Brieuc, il s'inscrit comme membre de l'Eglise en octobre 1969. Il devient conseiller presbytéral et prédicateur laïc. En 1969 il représente les protestants, avec son épouse, au synode du diocèse à St Brieuc.  Il assure l’intérim entre les pasteurs Kieffer et Blanc sur les années 71 et 72. En 1972 il prend la fonction de trésorier de la Région (Consistoire).
Jacques Bourgenot est décédé le 7 décembre 2013 à Besançon. La cérémonie s'est déroulée au Temple du Saint Esprit de Besançon.


Sources :

Archives du temple de St Brieuc. 

Registres du conseil presbytéral 

Annonces dans Libramemoria de décembre 2013



André Cottenceau (1908)

                                                       


Photo d'André Cottenceau envoyée à Herling Hensen




André Cottenceau (né le 19. 07. 1908 à St Etienne) s'inscrit comme membre de la paroisse protestante en février 1958. Il n'était pas pasteur mais il a assuré la responsabilité de l’Eglise de Saint-Brieuc de juillet 1961 à janvier 1962 en tant que conseiller presbytéral.
Son épouse s'appelait Paulette Genevois, elle était née en 1909 à La Mure dans l'Isère. Elle était institutrice publique. Le couple a habité rue Victor Hugo, juste à côté du Temple; ils ont
eu plusieurs fils : Gilles, né le 25 juin 1944 à St Brieuc, marié au temple de St Brieuc le 29 juillet 1967 avec Claudine Le Pommelet (née à St Brieuc le 16 avril 1948); Serge, né le 14 mars 1949 à St Brieuc, marié au temple le 9 juillet 1973 avec Catherine Bureau et Jean-Yves.
Gilles est inhumé au cimetière St Michel à St Brieuc avec son épouse (voir photo plus bas). 

Quelques années après avoir assumé ses responsabilités au sein de la communauté protestante, M. Cottenceau a pris sa retraite de professeur et il est parti dans le sud de la France avec son épouse.

Monsieur André Cottenceau

Sources

Archives de la paroisse de St Brieuc

Archives départementales. Dossier 6M628. Listes nominatives St Brieuc 1936. Rue Victor Hugo.

Archives départementales 22. Liste nominative St Brieuc 1936. Dossier 6M628. Cottanceau André et Paulette. Photo R.F

Tombe de Claudine et Gilles Cottenceau. Cimetière St Michel de St Brieuc. Photo RF





Le pasteur Jack Williams (1921-2007)


Origines

Le pasteur Jack M. Williams est né le 29 août 1921 à Amiens, son père est pasteur. Le 3 juillet 1954 à Rennes (35), il épouse Jacqueline (Lydie, Mathilde) Cheradame, fille du pasteur Daniel Cheradame (1893-1962 et pasteur ERF de 1920 à 1961).


En Bretagne

Jack Williams commence à exercer à Lannion en 1954. Il procède au baptême de Daniel Letts le 6 juin 1954 et de Françoise Bogais le 26 septembre au temple de Lannion.
Il souhaite ensuite prolonger son engagement de 6 mois dans le secteur de St Brieuc-Perros comme proposant (en stage final de formation).
C'est ainsi que  Jack Williams se présente devant le conseil presbytéral de St Brieuc en novembre 1954.

Le pasteur Marquer, en charge de la paroisse, définit avec lui les nouvelles taches qui lui seront confiées jusqu'en 1955. En premier lieu, le pasteur Williams prendra en mains la communauté d'Etables (dont le temple vient juste d'être construit), il assurera les cours au Lycée de filles de St Brieuc, animera la chorale pour Noël et les réunions des jeunes, célibataires ou en couples (entre 20 et 30) une fois par mois.

Nous ne connaissons pas à ce jour la suite de sa carrière... Le couple a eu deux fils, Frédéric et Etienne.
Jack Williams est décédé le 9 juin 2007 à Le Vigan dans le Gard (30).
Jacqueline Williams est décédée en janvier 2015. La cérémonie s'est déroulée en la salle wesley à le Vigan.


Sources 

Archives du temple de St Brieuc. Registres du conseil presbytéral

Registre des baptêmes de Lannion. 

Services de l'Etat civil de la ville d'Amiens (courrier du 29 avril 2019)

Le Midi libre 2015

Généanet, famille Williams



Remarque : un pasteur Williams exerçait à Quimper et pont l'Abbé en 1931, est-ce le père de Jack Williams ? C'est une question qui n'est pas encore résolue, des recherches sont en cours... Attention il ne faut pas le confondre avec un autre pasteur John Williams (né en 1796) !
Almanak Vat ar Vretonned 1931.  


En 1888, le pasteur William Jenkyn Jones arrive de Pont-l'Abbé.
Le 10 février 1915, il officie toujours comme pasteur et réside désormais rue Brizeux à Quimper. Il décède en 1925 et est inhumé au carré protestant du cimetière Saint-Marc. Une rue de Quimper porte son nom depuis le 21 octobre 1983. C'est le pasteur John Gerlan Williams (1870-1952) qui prend sa suite.

Source :  Les protestants à Quimper 

Le pasteur Gallois, John Gerlan Williams (1870-1941), né à Bethesda (le nord du Pays de Galles). Il est venu en Bretagne en 1911, après avoir travaillé comme missionnaire dans le nord-est de l’Inde (Assam).
Extrait du forum suivant l'article du site des protestants bretons.

Le pasteur Jones parle du pasteur Williams dans un article de 1921
Williams a passé douze ans en Inde avant de revenir en Bretagne.
On parle aussi de lui dans un article sur les méthodistes

Un article du Centre Missionnaire protestant de Carhaix en dit un peu plus...
Le pasteur Jones a également effectué une traduction du livre de la Genèse avec le celtisant Anatole le Braz, ainsi qu’une traduction du Nouveau testament en collaboration avec le pasteur J. Gerlan Williams (un de ses collaborateurs venu du Pays-de-Galles). Il était marié avec Fanny Rees. Il était également en relation avec François Vallée, l’éminent celtisant de Saint Brieuc, à qui il envoyait ses cantiques (et qui eut comme élève… Taldir Jaffrenou !). Il publia un second volume de cantiques bretons en 1910. Il parlait huit langues (4 langues de l'Inde, le breton, le français, l'anglais et le gallois).

 Dans Google Book biographie assez complète


  1. Eglise du Sud Finistère: John Gerlan WILLIAMS, pasteur. (1869- 1952) est le père de Mme Nesta BEAVAN née Williams



Le pasteur François Barre (1915)



Le pasteur François Barre en 1945. Photo Archives St Brieuc



François Barre est né le 25 février 1915 à Dreux (28). François (Georges, Jacques) est le fils de Jacques Barre, minotier et de Geneviève Courtier. Il  est nommé après ses études de théologie à Arvert (Charente-inférieure) en 1943, puis à Saint-Brieuc comme proposant (période d'essai) de septembre 1945 à septembre 1947. Il dessert en même temps la ville de Brest en plus de St Brieuc, une tache difficile après guerre. Il ne souhaitpas continuer sa mission dans le département car on lui demande de faire un travail d'évangélisation pour lequel il ne se sent appelé et décide de partir dans le sud. Il se marie le 18 juin 1946 à Montélimar avec Raymonde (Aline) Schwab.
Raymonde Schwab est une protestante, engagée dans le mouvement des Eclaireurs Unionistes. Elle est nommée "chef de meute adjointe" d'un groupe de scouts à Montélimar en 1937.

Le pasteur François Barre a célébré trois mariages au Temple de St Brieuc :

Le 15 juin 1946. Yvonne Jeanne Duval née à Lorient le 24 décembre 1922, demeurant à St Laurent en Plérin (22) et Geoffrey Elcoat né à Newcastle en Angleterre le 12 avril 1921.

Le 31 août 1946. Marie Scott née à paris le 20 mai 1920, institutrice, demeurant à Etables, le Courtel et Léon Guggenheim, né à Paris le 15 juin 1911, ingénieur, demeurant à Nevers (après le mariage)

Le 10 août 1947. Andrée Flaugeac, née au Creusot le 31 mai 1917, demeurant au Val André et  Marcel Boulat, né à Paris le 9 avril 1906, voyageur de commerce, demeurant au Val André


Après la Bretagne
Après 1947, François Barre rejoint la paroisse de Salies, dans le Béarn, une région de forte présence protestante. Il y reste jusque dans les années 50. En 1963 il a exercé à Rouen puis à Dieppe de 1969 jusqu'en 1979.




Sources :

Etat civil de la commune de Dreux, registre des naissances de 1915, page 13
 acte de naissance en ligne

Archives du temple de St Brieuc. Registres du conseil presbytéral, registres des mariages.  

Site EEUdF Montélimar, histoire du scoutisme local

Actes du Synode national de Paris (Batignolles) mai 1943, page 159
 

Archives du centre d'étude du Béarn:  60 J 596/1 Photos de la consécration du pasteur François Barre (1950)




Le pasteur Francis Samuel Foss (1884-1978)



Origines

Le pasteur Francis Samuel Foss (1884 Guernesey-1978 Sidmouth G.B) est né dans la ville de Cobo à Guernesey le 10 juillet 1884, fils de Samuel Henry Foss et Julia Louisa Irven. Son père est désigné dans le recensement de 1881 à Guernesey comme forgeron (blacksmith).
Francis Samuel se marie avec Annie Malzard, née le 19 mai 1880 Jersey.

Il fait ses études de théologie à Richmond (G.B) et devient officiellement pasteur en 1910. 

Son frère Henri James,1878-1964, l'a précédé dans cette démarche en 1907, également chez les méthodistes. Henri se marie sur l'île de Guernesey en 1911 avec Mary Margaret Breton. 


En Angleterre

Francis Samuel Foss occupera différents postes en Angleterre comme Hayle, Lerwick, Peterborough, Jersey, Guernesey, Pembroke et d'autres en France dans des lieux où les méthodistes sont bien implantés.



Le pasteur Henri Foss, frère du pasteur Francis Samuel Foss.
 1942. Guernesey. Archive transmise par Diane Moore. 




Pasteur en France

Le pasteur F.S Foss est nommé au Havre. C'est une ville chère aux méthodistes qui y sont très nombreux depuis le XIXème siècle et de manière plus générale, on compte alors environ 10 000 protestants en Seine-Maritime ce qui indique une forte implantation.
On note aussi que dans la ville du Havre de nombreux protestants sont arrivés d'Alsace après la Guerre de 1870. Le dénombrement de 1872 recense 3 463 protestants au Havre, leur nombre est ensuite évalué à 7 000 en 1910 puis à 10 000 en 1935 soit de 4 à 6 % de la population globale.

Francis Foss exerce aussi à Nancy puis à Perros-Guirec à la fin de l'année 1917. Il effectue un voyage en bateau du Havre jusqu'à Perros. Il habite le presbytère et reste à Perros jusqu'en septembre 1920. 
On connait au pasteur Foss et à son épouse, un fils, Eric Francis, baptisé le 6 mars 1918 dans la chapelle de Perros par le pasteur Théophile Roux. La cérémonie s'est déroulée en présence des grands-parents maternels de l'enfant, M et Mme Malzard, venus de Jersey.

Les registres financiers nous apprennent qu'il cotise au fonds de retraite anglais. Le pasteur Foss écrit parfois des articles dans le "Foreign field" comme en 1919. Cet article a été remarqué par Théophile Roux...



Retour en Angleterre

Il quitte ensuite la France pour Peterborough en Angleterre. 
En novembre 1925, devant une très large assemblée (avec de nombreux pasteurs dont un venu de Paris), il prononce un long discours à Jersey pour le centenaire de l'église méthodiste Philadelphia où il exerce depuis un an. Son frère en avait été le pasteur de 1914 à 1919.
En 1933, il exerce à Pembroke (G.B) et son adresse est Wesley Villa, Pembroke Dock, Pembs.
En 1939, il est le pasteur méthodiste de la paroisse de Blandford dans le Dorset. 
Il contracte un second mariage avec Florence Balch à Bideford en 1951 .

Francis Samuel Foss meurt à Sidmouth en Angleterre le 5 septembre 1978 à l'âge de 94 ans, laissant à ses héritiers selon les documents de la succession, 22 000 livres, ce qui représentait une très belle somme. 


 
Sources :

Archives du temple de St Brieuc.

Registre des baptèmes de l'Eglise protestante méthodiste de St Brieuc.


Merci à Diane Moore, historienne et résidente de Jersey pour tous les compléments apportés à ce portrait par ses recherches aux archives locales de Jersey.

Site anglais "mes ancêtres pasteurs méthodistes"

Ministers and Probationers of the Méthodist Church.1932. 
Biographie des méthodistes. Lettre F 

Groupement Généalogique du Havre et de Seine-Maritime. 
Forum avec de nombreux articles de presse.