dimanche 13 juin 2021

L'histoire de l'Eglise protestante réformée dans les Côtes d'Armor. Sommaire

 

On pense trop hâtivement que la Bretagne est une terre exclusivement catholique, c'est une erreur.
Si l'on y regarde de plus près, l'histoire du protestantisme y est bien ancrée localement.

Ce blog, commencé en 2018, vous présente l’histoire de la branche protestante dans les Côtes-du-Nord (Côtes-d'Armor) au XXe siècle, devenue aujourd'hui l’Église Protestante Unie de France.

 

Une dizaine de grands thèmes renvoient ensuite à des pages spécifiques. 

Bonne lecture !

 

 

Le pasteur Yves Crespin, héros de la Résistance : présentation du livre qui lui est consacré avec tous les documents annexes, ici

 

Et un itinéraire dans Saint-Brieuc sur ses traces,  ici

 


 

L'histoire des temples, des lieux de culte : 30 bâtiments répertoriés ici

 


Les biographies de tous les pasteurs et des prédicateurs laïcs de l’Église Réformée à Saint-Brieuc, Perros Guirec, Lannion,  ici

 

 

 

Les protestants militaires et prisonniers civils allemands en 1914-1918 ici

 



Les protestants dans les Côtes-du-Nord : Les origines (1864) et 1906-1938 ici

 

 

Les protestants dans les Côtes-du-Nord : de 1938 à nos jours ici

 

 

Les protestants dans le dialogue œcuménique et entre les religions, ici

 

 

Les engagements des protestants dans les Côtes-du-Nord, ici

 

 

La place des femmes dans l’Église protestante Unie des Côtes d’Armor, ici

 

 

Les prédications du pasteur François Manac’h, ici

 

Le regard des catholiques sur les protestants dans les Côtes-du-Nord, une enquête en 1936, ici

 

 

A noter aussi quelques articles :

 

Louis et Marie Ricoeur (1907 à 1909) et Paul Ricoeur ici

 

Les protestants à Saint-Quay Portrieux (avec Louise Weiss) ici

 

Erling Hansen (1909-2008) ici

 

Les six pasteurs résistants, morts dans les camps de concentration (1944-1945)  ici

 

Les protestants à Perros-Guirec ici


Le temple de Perros-Guirec ici

 

Les protestants dans le Trégor ici

 

Les protestants à Dinan et le temple de Dinan ici

 

Le manoir de Crampoisic ici

 

 

DES DOSSIERS, DES PHOTOS, DES TÉMOIGNAGES...
 

Dans ce blog, vous trouverez des documents souvent inédits, directement issus des archives des Temples protestants de Saint-Brieuc, de Perros-Guirec, de Lannion, des archives municipales de Saint-Brieuc, des archives départementales et nationales.

De nombreux témoignages viennent enrichir le contenu de ces pages.  

Cette communauté, si discrète, méritait bien d'être beaucoup mieux connue...
 

 


L'auteur du blog, Richard Fortat, en 2018 aux Archives nationales à St Denis.


 

 

vendredi 11 juin 2021

Le pasteur Thomas Mentzel 1994-1997


Le pasteur Thomas Mentzel

   
  
 
 
Origines  
 

 

Le pasteur Thomas Mentzel est né le 18 août 1954, dans une famille luthérienne d’instituteurs, au village de Nébra, dans les environs d’Erfurt (Allemagne de l'Est). En 1960, alors que le mur de Berlin n’est pas encore construit, la famille émigre clandestinement pour fuir l’oppression politique et religieuse du régime de la RDA. Elle s'établit près de Hanovre, en Basse-Saxe. 
 




Études et premiers postes



Au contact d'un mouvement de réveil de l’Eglise luthérienne, Thomas Mentzel décide d’entreprendre des études de théologie à l’institut de formation de la « Mission de Hermannsburg » (1975-1981). Il côtoie d'ailleurs, à ce moment de ses études, le fondateur du mouvement de réveil de l’Église luthérienne du temps de mes études à Hermannsburg, le Professeur de théologie, d'origine norvégienne, Olaf Hansen.

 

Après avoir obtenu le diplôme de maîtrise, il part en France pour perfectionner ses connaissances linguistiques et théologiques (Reuilly, Université de Strasbourg et à l’Institut Protestant de Théologie de Montpellier de 1982 à 1987). Il se marie avec Mariane Chapelon en 1987 et entre dans le service de l'Eglise Réformée de France. Avant d'arriver à St Brieuc, il occupe les postes de Firminy, Charleville-Mézières/Sedan.




Thomas Mentzel en Bretagne

 

 

 

 A St Brieuc, Thomas Mentzel succède au pasteur Guy Froment et reste en poste  de 1994 à 1997

En plus des missions dévolues habituellement à un pasteur, Thomas Mentzel va avoir plusieurs initiatives originales : Il lance une action d'aide à l'école biblique de la ville de Boko au Congo. Il réunit les jeunes de la paroisse pour des débats où aucun sujet n'est tabou.

 

Il propose de faire des réunions de quartier ouvertes et conviviales. Des groupes vont alors se créer à Servel, Prat, Perros, Plérin, dans le quartier de Robien à st Brieuc. Il se passionne pour l'histoire du protestantisme dans les Côtes-du-Nord au 16ème et au 17ème siècle et présente le fruit de ses découvertes sous forme d'un montage-diapositives à Perros et Saint-Brieuc.

 

Il rejoint ensuite Sens, Melun, Troyes, Bar-le-Duc/St Dizier et enfin Cavaillon/Lourmarin en 2014 avant de prendre sa retraite en 2016 à l'âge de 62 ans.


 
 
 
 
Le pasteur Mentzel dans la presse
 
(En cliquant sur l'image vous pouvez l'agrandir)

 

 
 
 
 
 
Arrivée du pasteur. 31 mai 1994. Ouest-France

 
 
 
 
Les réunions à thème. 30 novembre 1994. Ouest-France

 
 
 
Temps de Noël. 26 décembre 1994. Ouest-France


 
 
 
 

 

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 

 

21 janvier 1995. Ouest-France



 


350 personnes se sont réunies mercredi soir en l'église Sainte-Anne de Robien. Catholiques, protestants, orthodoxes ont participé avec ferveur à l'ouverture de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens.

Mgr Lucien Fruchaud, évêque du diocèse catholique, a accueilli mercredi soir, à Sainte-Anne de Robien, plus de 350 chrétiens. 

« Nous sommes appelés, tous ensemble, à communier dans la fraternité avec Dieu et entre nous », dit-il en ouvrant la cérémonie oecuménique de l'unité des chrétiens. 

 

A ses côtés se trouvent le père Tchesnakoff, orthodoxe, Pierre Dubois, diacre de l'église évangélique baptiste de Saint-Brieuc, Thomas Mentzel, pasteur de l'église réformée. 

 

Cette cérémonie est, chaque année, l'occasion de rappeler ce qui unit les différentes églises : la foi en Jésus-Christ. Tour à tour, les quatre intervenants ont affirmé cette foi et la nécessité, pour tous, de se comprendre, être plus attentifs les uns aux autres, se pardonner, prier ensemble par delà « l'histoire douloureuse de nos séparations entre chrétiens ». 

 

C'est le pasteur Mentzel qui assure la prédication, sur le thème : 

« Communion en Dieu et entre nous ». 

 

Il insiste sur le fait que la différence ne constitue pas une limite à l'amitié : Jésus-Christ comptait, au nombre de ses amis, aussi bien le publicain que la pécheresse. « Visiblement, Jésus veut oeuvrer pour une communauté religieuse qui intègre tous ceux qui sont différents et vivent en marge de la société. » Aussi invite t-il à « une communion plus profonde pour qu'un jour nous puissions, tous ensemble, participer au même repas et aux mêmes tâches du Seigneur ». 

 

Mgr Fruchaud conclut : « C'est une honte devant Dieu que la séparation des chrétiens entre eux. Prions ensemble ».

 
 
 
Semaine de l'Unité des Chrétiens. 22 janvier 1996. Ouest-France

 


 


Caroline Engel, pasteur de l’Église réformée de France pour les Côtes-d'Armor

Caroline Engel, jeune femme originaire d'Alsace, vient d'être nommée pasteur de l'église réformée de France pour la paroisse des Côtes-d'Armor. La commission des ministères l'a proposée au conseil presbytéral, présidé par André de de Kerpezdron, qui l'a acceptée. Elle succède à Thomas Mentzel, en poste depuis 1994, qui est parti pour Sens, dans l'Yonne. Pour le moment, elle consacre son temps à faire connaissance avec ses paroissiens disséminés à travers tout le département, tout en assurant, bien sûr, le culte et la catéchèse.

 

 Article de Ouest-France du 18 septembre 1997

 

 

 

 

 

Sources  
   

 

 

Cette biographie a été complétée et vérifiée par le pasteur Thomas Mentzel lui même.

 

Registres du Temple de St Brieuc.

 

Revue de presse constituée à l'aide des archives du journal Ouest-France.

 

 

 

 



Retour au sommaire, ici 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le pasteur Elie Vidal 1944-1945

 


Le pasteur Elie Vidal (1887-1967) et son épouse


 
 
 
Origines

 
Elie (Charles François) Vidal est né le 7 juillet 1877 à Ganges dans l'Hérault (34) fils de (Jean) Eugène Vidal (né en 1848) âgé de 29 ans et de Adèle Emery (née en 1853), domiciliés rue de la Halle à Ganges. Son père et sa mère sont fileurs de bas, ce qui est une profession courante dans le village de Ganges. On en trouve quinze, simplement dans la rue de la Halle. Entre 1886 et 1891, le nom de la rue de la Halle disparait et retrouve la famille domiciliée au 161 Rue Place couverte.
 
Elie est l'aîné des enfants mais la famille se compose de son frère, Charles né en 1880, Lydie née en 1885, Jean né en 1888, Paul né en 1890.





Registre des naissances juillet 1877 Elie Vidal, commune de Ganges. Photo Luce Legendre





Dans le recensement de 1891, en plus des cinq enfants et des parents, la famille se compose aussi de la grand-mère Louise, 70 ans et de Hermance, 46 ans, la soeur d'Eugène. 

Elie Vidal à 13 ans est fileur de bas et travaille avec ses parents. Puis il va poursuivre des études pour pouvoir exercer par la suite la profession de comptable. Il réside alors à Le Vigan dans le Gard. Ses parents, Eugène Vidal et Adèle Hemery habitent aussi au Vigan en 1897.


 
 
Premiers postes de pasteur

 
Après ses études de théologie, Elie Vidal va beaucoup bouger comme il est indiqué dans les archives militaires. Ces lieux doivent correspondre à ses postes successifs :
 
24 avril 1901, Paris, 16 rue de Nemours, 11ème Arr.
8 janvier 1903, Neuilly sur Seine, boulevard de Saussaye (le temple réformé de Neuilly se trouve au 18 bld Inkermann à Neuilly à 1km de l'adresse d'E. Vidal)
1er mars 1904, Codognan (Gard 30)
4 octobre 1906, Bihorel (Seine-Maritime 76), 20 rue de Baunay
21 décembre 1906, Rouen, 132 rue de la République
23 octobre 1907, Vallerauge (Gard. 30)
10 octobre 1911, Nancy, 18 rue du Joli coeur
30 juillet 1914, Guernesey


 
 
Guerre 14-18

 
Elie Vidal est incorporé dans le 38ème Régiment d'artillerie, matricule 2440, et participe aux combats pendant la Guerre 14-18 avec le régiment d'Artillerie de Nîmes (du 14.08.1914 au 21.09.1914 puis du 5.09.1915 au 4.11.1918 et enfin du 18.12.1918 au 5.02.1919). Il est nommé caporal le 15.12.1916 puis sergent le 28.06.1917.



 
 
Suite de sa carrière de pasteur 

 
Après guerre, le 29 avril 1919, Elie Vidal retourne à Ganges d'où il est originaire mais il y revient en tant que pasteur. Il habite dans le centre, rue Saunier.

Note : Ganges est une terre où le protestantisme est très bien implanté. Son imposant temple de 1851 et son clocher de 30 mètres de haut en sont aussi des preuves.
Elie Gounelle (père d'André Gounelle), pasteur, figure du christianisme social et de l'oecuménisme dans l'entre-deux guerres, est mort dans sa maison à Ganges en 1950. Une rue porte son nom.


Le temple de Ganges. Plan de l'Ormeau. Photo Luce Legendre



L'année suivante Elie Vidal déménage à Levallois-Perret (Seine), 39 rue Lannois où il habite à partir du 22 octobre 1920.
Il devient pasteur méthodiste à Levallois-Perret (en 1927 mais certainement dès 1920 puis exerce à Niort de 1939 à 1942. C'est à Niort le pasteur Vidal vient en remplacement du pasteur Cabrol mobilisé. Il se fait remarquer en présidant les obsèques d'Ernest Perochon (prix Goncourt en 1920). Les autorités ne voulaient pas d'une cérémonie officielle car E. Perochon avait pris position contre la Collaboration.


 
 
 
A St Brieuc 

 
Le  pasteur Elie Vidal est déjà en retraite quand il accepte de venir à Saint-Brieuc dans des circonstances exceptionnelles puisqu'il va remplacer le pasteur Crespin, déporté.
D'après les mémoires d'Erling Hansen, en décembre 1943, l'autorité allemande refuse au pasteur Vidal de s'installer au temple de St Brieuc. Il ne peut l'obtenir qu'en février 1944 après maintes démarches et c'est finalement un capitaine allemand, protestant, qui permettra son installation.

Le pasteur Vidal reste à St Brieuc de mars 1944 à mai 1945. Il habite chez le docteur Hansen, alors que Madame Crespin continue de demeurer dans le logement du temple de Saint-Brieuc avec ses enfants. Il s'occupe aussi des protestants disséminés en Bretagne et des protestants réfugiés de Lorient et Brest.
On remarque ainsi qu'en 1944, le pasteur Vidal a assuré le culte à St Quay, au Val André  et "aussi régulièrement que possible à Brest". Il a aussi effectué des déplacements à Vannes.
Le 20 mars 1945, il se rend au Synode au Mans où il représente l'Eglise de St Brieuc mais aussi celle de Brest. Il sera accompagné par le pasteur Jean Scarabin qui assure les remplacements du pasteur Vidal à St Brieuc quand celui-ci doit s'absenter.

Notons que le pasteur Vidal a célébré un certain nombre de cérémonies :

Baptême de Arlette Madeleine Gauthier, née le 10 janvier 1943 à St Brieuc
Baptême de Suzanne Gaudron, née le 25 mai 1928
Baptême de Yann Hansen, née le 18 septembre 1943 à St Brieuc, fils de Erling Hansen


Mariage le 3 août 1944 de Camille Eugène Ladevèze, né à Pamiers et Léonnie Jeanne Corbel, née à Plélo
Mariage le 8 février 1945 de Pierre Albert Testard, militaire, né à Boulogne sur mer, demeurant au Val André et Georgette Emilienne Le Clerc, née à Brest, demeurant au Val André

La communauté protestante a été très reconnaissante envers le pasteur Vidal du travail qu'il a accompli dans des moments si difficiles à St Brieuc et dans la région, sur les plans humain et matériel.

Le pasteur Vidal arrête définitivement ses activités en 1958.
Il est décédé le 23 janvier 1967 à Vanves (Hauts de Seine), il avait 80 ans.


  
 
 
 
Retour au sommaire, ici 
 
 
 
 
Sources

Registre de l'association cultuelle de St Brieuc, 1944-1945

Fonds Erling Hansen, Mémoires, manuscrit, bibliothèque de St Brieuc.

Etat civil de la commune de Ganges dans l'Hérault. Page 66 Registre des naissances 1887.

Recensement de la commune de Ganges page 97. Année 1881

Photos de Luce Legendre à Ganges. Avril 2019

Archives administratives militaires du Gard. Classe 1897.

Histoire de la paroisse de Niort

Liste des pasteurs ERF. Page 65. Document PDF


 
 
 
Documents

Article de la revue le Christianisme au XXe siècle 3 mars 1944. Nomination d'Elie Vidal en Bretagne.





 
 
                             Retour au sommaire, ici