lundi 5 avril 2021

Erling Hansen (1909-2008)


Erling Hansen (1909-2008)


 
 
Origines et études

 
Erling Hansen est né le 13 mars 1909 au Légué à Plérin (22). Il fait ses études au Lycée de garçons de St Brieuc de 1921 à 1929 (actuel Collège Le Braz) puis entreprend des études de médecine. Il est désigné Président de l’Union Chrétienne de Jeunes Gens à Rennes (UCJG) en 1933, il fut en même temps, du fait de ses origines norvégiennes, Président du rassemblement des étudiants étrangers. Dans ce groupe il y avait autour de lui, des anglais, une écossaise, un gallois, une américaine, deux allemandes, une autrichienne … Comme interne en médecine, il débuta à l’hôpital de Saint-Brieuc. 
 
 



A Saint-Brieuc

 
Suivant la voie tracée dans sa famille (fils d'Oscar Hansen, co-fondateur de la première association cultuelle protestante en 1906), il participe activement à la vie de cette église. En 1929, l’assemblée générale de l’Église méthodiste va l'élire conseiller presbytéral pour la première fois à l’âge de 20 ans. Il fait partie du bureau du conseil à partir du 5 février 1938 comme trésorier. De 1938 à 1940 il assure aussi le secrétariat du conseil presbytéral. 

Erling se marie à Maïe (Marie-Joseph Le Gouard, selon son état civil) le 4 juin 1938 à Saint-Brieuc. 
 
29 Juin 1938 annonce de mariage Hansen. Ouest-France

 
 
 
Les membres de la communauté de St Brieuc connaitront leur fille Léna, née en 1941 (mariée avec Jean-Louis Saccardy) et leur fils Yann, né en 1943.




Erling Hansen en 1931 au Légué (22 ans)



 
La Guerre 39-45
 
 
Erling Hansen est déjà médecin quand commence la Seconde guerre mondiale. Il est mobilisé comme médecin-lieutenant dans le 109e Régiment d'artillerie lourde de Châteaudun. 
Son régiment part dans le Nord-est de la France, dans un secteur proche de la Ligne Maginot et du Luxembourg. Les Allemands attaquent, prennent vite le dessus et avec ses camarades ils sont capturés puis envoyés dans un camp de prisonniers, l'Oflag 6D, à Münster, en Westphalie.
 
 

Mai 1940, départ pour le Front. Daniel Manac'h prend la photo.
Einar, Solveig, Thorleif, Erling Hansen. Photo Solveig Hansen
 
 
 
 
 
Mai 1940, départ pour le Front. Daniel Manac'h prend la photo.
Famille Hansen et Manac'h. Photo Solveig Hansen
 
Un cousin norvégien, Solveig, Einar, Oscar, Anna, Erling et devant, Thorleif. Photo Solveig Hansen.
 
 
 
 
 
 
 
Résistance 

 
De retour du camp où il était prisonnier, Erling Hansen reprend ses activités comme médecin place St Michel.
Mais Erling Hansen est membre actif d'un réseau de résistance où se trouve aussi le pasteur Crespin. Ils effectuent des émissions de radio clandestines. 
 
 
Mars 1941 au Légué, Erling avec son épouse. Photo famille Hansen

 
 
En tant que médecin, Erling Hansen n'hésite pas à fournir de faux certificats médicaux pour que des jeunes gens soient dispensés d'une affectation en Allemagne dans le cadre du Service du Travail Obligatoire (S.T.O). Mais toutes ces activités sont regardées par la police allemande, informée par des indicateurs.

Il arrêté par la Gestapo en novembre 1943 en même temps que le pasteur Crespin et d'autres membres de la paroisse. Il est emprisonné à St Brieuc puis à Rennes et déporté à Buchenwald puis Mühlausen.


Fiche Erling Hansen. Base de données Arolsen.
Fiche Erling Hansen. Base de données Arolsen.
Fiche Erling Hansen. Base de données Arolsen.



Fiche Erling Hansen. Base de données Arolsen.




Erling parvient à réchapper à l'enfer des camps en avril 45, mais en plus son action aura permis de sauver de nombreuses vies.

La lecture de ses mémoires fait apparaitre l'importance de sa famille et de sa foi protestante. Erling Hansen a pu se procurer du papier dans le camp et écrit au jour le jour. Pour bien comprendre le texte qui suit, Erling Hansen utilise le "nous" pour dire "je".

8 octobre 1944 : "Nous pensons aussi bien sûr à toute notre famille, à tous nos amis de St Brieuc, à tous ceux qui, ce matin, ont prié pour nous au Temple"

14 mars 1945 : "Commencé la rédaction de ma causerie sur le Protestantisme. Nous regardons les photos que nous avons de Maïe et des enfants. Nous le faisons souvent...mais nous n'avons pas voulu en parler encore. Nous les avons reçu dans un des colis!

Jeudi 22 mars 1945 : "Pensé à l'anniversaire d'Einar"... "Le soir, fait une causerie aux malades sur conception-hérédité, comment se perpétue notre vie"

Lundi 26 mars 1945 : "Nous avons commencé à écrire une étude sur "Qu'est-ce que le christianisme?
Pourquoi la Réformation au 15ème siècle? Comment croire?"



 
De retour des camps après-guerre

 
Revenu à Saint-Brieuc, après le départ du pasteur Vidal, il débute dès 1946 comme prédicateur laïc et le 10 février le conseil l’appelle à sa vice-présidence. A partir de 1947 il assure les fonctions de trésorier de la Société d’Évangélisation de Bretagne qui regroupe les églises de Saint-Servan-Saint-Malo, Saint-Brieuc, Lannion-Perros-Guirec, Brest-Quimper, Lorient et Vannes.
Il exerce différentes responsabilités et conduit le culte le dimanche quand cela est nécessaire, rédigeant lui-même ses prédications.
 
 
 
En dehors de son engagement protestant, Erling Hansen est une figure importante de la Résistance. Il reçoit la Légion d'honneur  en 1952 des mains de René Pléven, alors Ministre de la Défense nationale. 
 
Le journal Ouest-France rend compte de cette cérémonie, avec beaucoup de détails, dans son édition du 19 mai 1952.
Aux côtés du ministre, on trouve notamment M. Fleury, le préfet, MM Le Cozannet et Maziers,  députés, M. Jézéquel, sénateur, M. Nicolas, maire de Saint-Brieuc, le Pasteur Marquer, l'abbé Barré, l'abbé Chéruel, tous les présidents d'associations de déportés et de Résistants.
 
René Pléven a tenu à montrer dans son discours que très souvent, la Légion d'Honneur était décernée à des personnes ayant accompli des actions d'éclat mais "en ce qui concerne le docteur Hansen, il s'agit d'une action d'éclat qui a duré plus d'une année, et dont chaque seconde a exigé un courage et une abnégation auxquels on ne saurait que rendre hommage."
 
 
 
"Erling Hansen est un des meilleurs français parmi les français" 
 
René Pléven


 
 
Lors de cette cérémonie, le docteur Hansen demanda à chacun "de garder le souvenir de ceux qui sont morts loin pour leur pays, et de rechercher toujours ce qui, au delà des opinions diverses, peut nous unir.
 
Évoquant les honneurs dont il était l'objet lors de cette cérémonie, il en reporta modestement tout le prix sur la formation humaine et religieuse que lui avaient donnée ses parents et qui fut toujours son soutien le plus efficace et le plus puissant".

 

 

Erling Hansen restera membre du conseil presbytéral jusqu’en 1987, après 47 ans de présence. Il  aura oeuvré pendant cette longue période auprès de sept pasteurs.
Maï, son épouse, décède en 1994 à St Brieuc.


Inlassablement, le docteur Hansen intervient lors de colloques, de conférences. A La Roche Jagu en 1994, il va porter une parole de Paix :


"L'éducation doit corriger l'animalité de l'être humain"
 
Erling Hansen


 


 
 
En 1996, on le retrouve à la une de la presse locale pour la cérémonie aux lycéens martyrs de l'ancien Lycée Le Braz. Chaque année, c'est une cérémonie qu'il ne manque pour rien au monde.
 

Ouest-France, 11 décembre 1996



La presse locale ne manque pas une occasion de donner des nouvelles du docteur Hansen comme en 1998, dans un reportage sur la rue Chateaubriand dans le quartier Saint-Michel où Erling Hansen coule des jours tranquilles.





 
 
En 1999, avec André de Kerpezdron, il entreprend à l'âge de 90 ans de retracer l'histoire de la communauté protestante de St Brieuc-Perros et d'en faire un album, comme on fait un album de famille. Il recontacte d'anciens pasteurs disséminés au quatre coins de la France, fait appel à ses souvenirs, consulte des archives... 
 
 
 
1999, 15 avril Ouest-France

 
 
 
 
 
 
 
La disparition d'Erling Hansen

 
 
Le docteur Erling Hansen décède le 27 mars 2008, à près de cent ans.  Cette nouvelle attriste de très nombreuses personnes car c'est un homme connu et estimé. 
 
La presse retrace les grandes étapes de sa vie.
 
 
29 mars 2008. Ouest-france

 
 
 
 
 
Les associations de résistants et déportés s'associent à la douleur des proches.



 
La municipalité de Saint-Brieuc organise plusieurs manifestations en 2015 pour les 50 ans de la libération des Camps de concentration.
L'évocation de la vie du docteur Hansen est un temps fort de ces célébrations.
 
 

 
 
 
Lors d'une cérémonie officielle, une plaque à sa mémoire est apposée sur sa maison à St Brieuc en 2015.
 
 

 



Plaque commémorative sur la maison d'Erling Hansen,
place St Michel à St Brieuc (photo RF)









Erling Hansen en 2008. Photo famille Hansen




 
 
 
Témoignage du Docteur Erling Hansen
 
 
 
Ce témoignage figure page 626 dans le livre " Les protestants pendant la seconde guerre mondiale, actes du colloque de Paris 1992. 
Supplément au Bulletin de l’histoire du protestantisme français, n°3 juillet, août, septembre 1994. Textes réunis par André Encrevé et Jacques Poujol".

"Je voudrais d'abord vous dire comment naquit ma résistance. J'étais médecin-lieutenant dans le 109e Régiment d'artillerie lourde de Châteaudun. Les plus gros canons tractés par des chevaux (20 chevaux par canon), nous sommes tranquillement montés jusqu'à l'extrémité de la Ligne Maginot et du Luxembourg, et là on s'enterra à moitié. Les Allemands ayant pris l'initiative, il a fallu redescendre, et nous avons été capturés dans le bois de Nancy, au Bois de Haye, puis envoyés prisonniers. Je fus envoyé dans l'Oflag 6D, à Münster, en Westphalie.
Nous étions mille officiers, environ 150 médecins, 50 protestants. Nous n'avions pas de pasteur et deux ou trois laïcs faisaient le culte le dimanche, comme ils pouvaient, bien maladroitement. 
 
Au bout de quelques mois vint l'ancien directeur des missions protestantes de Paris, le pasteur Émile Schloesing. Nous eûmes à partir de ce moment-là des sermons formidables que ma mémoire me permettait de transcrire presque intégralement chaque après-midi. J'écrivais à ma femme : "Grâce à lui, le moral est bon". Puis un jour je fus convoqué par le commandant de la Gestapo du camp : "Vous n'avez pas un nom français", me dit-il. "Non, je suis d'origine norvégienne", lui dis-je. "Ah, ah, de père ou de mère?". "De père et de mère". "Alors, me dit-il en colère, comment se fait-il que vous, pur aryen, vous soyez avec ces salauds de latins?". 
 
Il poursuivit en critiquant la France et les Français, mais s'il croyait me convertir il faisait fausse route. "Connaissez-vous des juifs?", me demanda-t-il . J'en connaissais : il y en avait deux dans mon régiment. Mais j'ai franchement menti, nettement, sans hésitation, en disant "Non!". C'est alors qu'il reprit : "Si par hasard vous en rencontrez, veuillez nous donner noms et adresses, parce que, voyez-vous, nous avons des camps spéciaux pour eux"... 
 
Deuxième raison pour faire de la résistance ! Puis il me dit :"Vous êtes de Saint Brieuc? Dans les Côtes-du-Nord?. "Oui", lui dis-je. "Alors vous connaissez des Bretons, des Bretons parlant breton... Voyez-vous, nous savons que certains Bretons se plaignent de la France. Alors nous avons l'intention de les convoquer et de leur expliquer que, dans certaines conditions, ils seront libérés avant les autres" !.
 
Voilà, les trois raisons de ma résistance : en une demi-heure, ce SS m'avait converti à la Résistance.

Lien pour accéder à un article sur le parcours du Dr Hansen dans les camps



 
 
Ci-dessous, article publié le 15 novembre 1968 à l'occasion de la sortie du livre 
Médecins de l'impossible de Christian Bernadac. 
L'histoire du docteur Hansen y est évoquée.

 
15 novembre 1968 Ouest-France

 
 
 
 
Sources
 

Archives du temple de Saint-Brieuc.

Documents transmis en 2018 et 2019 par Yann Hansen, fils d'Erling Hansen.

Manuscrit d'Erling Hansen sur sa vie pendant la seconde guerre mondiale. Fonds Hansen, bibliothèque André Malraux. St Brieuc

Lien pour accéder à un article de Ouest-France sur une commémoration devant la maison du Dr Hansen en 2015.

Histoire du camp de Dora, d'André Sellier, livre annoté personnellement par Erling Hansen. Bibliothèque André Malraux de St Brieuc

 
Base de données du centre d'Arolsen en Allemagne, cliquer ici
Cocher la case "J'accepte les conditions..." Ensuite taper le nom Erling Hansen dans l'outil de recherche
 


Un lien pour suivre un formidable projet en 2019-2020 : la thèse de Morgane Sedoud sur le fonds photographique d'Erling Hansen

Le sujet de cette thèse est "La collecte des traces et l'effort de mémoire vus au travers du parcours du médecin déporté Erling Hansen"

Sous la direction de Henry Rousso et de Dominique Varry.
Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de ED Pratiques et théories du sens, en partenariat avec Institut d'histoire du temps présent (équipe de recherche).

Lien pour accéder à une présentation de cette thèse, cliquer ici



 
 
 
 
État civil et descendants d'Erling Hansen

Erling Hansen est né le 13 mars 1909 à Plérin, 22. Il est décédé en 2008.

Son épouse Maï, de son vrai prénom Marie-Joseph est née à Trébrivan le 1er mars1909, elle est décédée le 12 juillet 1994. Une cérémonie présidée par le pasteur Guy Froment a eu lieu au temple de St Brieuc le 15 juillet 1994.

Erling et Maï ont eu 3 enfants : 
 
Yves (1939-1939)
 
Léna (1941-2020) s'est mariée avec Jean-Louis Saccardy.
 
Yann est né le 18 septembre 1943, il a été baptisé au temple protestant de St Brieuc le 3 juin 1945 par le pasteur Élie Vidal. Yann vit dans la région de St Brieuc.
 
 
 
 
 
 
 Retour au sommaire, ici 
 
 
 
 
 
 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire