vendredi 31 juillet 2020

Le pasteur George Whelpton (1856-1948)



Le pasteur George Whelpton (1856-1948) père d'Henri Whelpton.
Photo prise le 30 octobre 1929.



Origines

George Whelpton est né le 15 juillet 1856 à Londres et baptisé le 20 août 1856 à Old Church St Pancras, Londres. Son père s'appelle William Thompson Whelpton et sa mère Anna Elizabeth.
George fait ses études au Queen's College de Taunton.



Le Havre 1880

Il a 24 ans quand il arrive en France en 1880, envoyé par la Mission méthodiste whesleyenne de Londres et son installation au Havre ne doit rien au hasard. En effet des missionnaires méthodistes y ont préparé le terrain depuis une centaine d'années déjà. Le révérend William Gibson et le pasteur Jean-Paul Cook ont eu une forte influence dans cette partie de la Normandie. Avec l'aide de la Conférence wesleyenne de Londres, les méthodistes s'implantent particulièrement là où les ouvriers sont nombreux.  

G. Whelpton prend donc la suite de W. Gibson arrivé en 1872 en France et qui a beaucoup collecté de dons pour faire vivre les oeuvres et a dépensé pour cela une bonne partie de ses fonds propres. 

A la fin de l’année 1880, le pasteur G. Jaulmes passe dans la ville et fait un rapport très positif de l’action engagée : « Dans cette grande ville qui s’accroît chaque jour et tend  à devenir la rivale de Marseille, l’oeuvre de l’évangélisation parmi des ouvriers est réellement intéressante. Nos excellents frères, messieurs Whelpton et Godel, qui la poursuivent, voient chaque jour cette œuvre s’étendre et le nombre des auditeurs s’augmenter". (cité dans le blog de J. Y Carluer)

Le 15 septembre 1888, les services du commissariat central évoquent le rôle de G. Whelpton quand il font état du service d’inhumation qui s’est tenu à la chapelle « wesleyenne méthodiste, 16, avenue de l’hôpital, dont le pasteur est M. Whelpton ». Il s’agissait du jeune enfant du concierge du local de réunion. Ce n’est pas le premier enterrement méthodiste…


Après une dizaine d'années passées au Havre, Whelpton lui aussi, comme W. Gibson, achète avec son argent personnel un lieu très vaste en plein centre-ville, rue Gambetta, pour exercer le culte (en français et en anglais). Une salle permet aussi à plus de 300 personnes d'assister à des conférences. L'inauguration a lieu le 2 octobre 1892. cette initiative va permettre à la communauté protestante du Havre de se développer...

"Le travail dévoué du révérend George Whelpton au Havre a conduit à l'ouverture d'une nouvelle chapelle centrale en 1892. La population est venue avec enthousiasme pour entendre l'évangile et beaucoup sont devenus des assistants réguliers." (cité dans "Petite histoire des missions étrangères méthodistes whesleyennes" )

Le journal L'Evangéliste du 21 septembre 1894 le décrit de la manière suivante : "C'est un de ces Anglais au coeur et à l'esprit larges, comme il en faudrait beaucoup à nos œuvres en France". 
 
Le pasteur Whelpton s'engage aussi dans des oeuvres comme celle de la Société havraise de tempérance, fondée le 17 octobre 1892 et dont il est le président. Le groupe se réunit une fois par semaine et comprend 114 membres.







Chapelle méthodiste. Le Havre. 1892. Photo du blog de J-Y Carluer


La famille Whelpton au Havre

En 1883-1884-1885, G. Whelpton est domicilié au 16 rue de l'hôpital au Havre. Son implantation dans cette ville est aussi marquée par la construction d'une famille qui commence par son mariage.

George Whelpton se marie donc le 22 avril 1885 au consulat général de Grande-Bretagne au Havre avec Georgina Elizabeth Holmes (née en 1857 à Londres), sans profession.  Le mariage est ensuite célébré à l'église méthodiste de la Sainte-Trinité (Church of the Holy Trinity)  par le révérend Canon Whelpton, assisté par le révérend J. Orlebar, aumônier.

Son épouse, Elizabeth Holmes, vient d'une famille bien établie en Guyane britannique. Elle est la fille de feu Sir William Olmes (1917-1868), marié avec Elizabeth Light née à Boulogne en février 1819. Elle est aussi la petite fille de Sir Henry Light Holmes (1852-1902), ancien gouverneur de la Guyane britannique  (appelée le Guyana de nos jours).
On trouve d'ailleurs la trace de G. Whelpton et de son épouse dans les habitants de Guyane britannique au 19ème siècle, peut-être à l'occasion d'un séjour avant 1900 ?




  .
Trinity Church à Abingdon.



Muriel, leur fille,  naît le 18 août 1886 au Havre et sera baptisée le 31 décembre 1886 dans une chapelle méthodiste du Middlesex.(acte de naissance en ligne).

Leur fille Irène Constance naît le 15 juin 1889, au Havre (acte de naissance en ligne). Page 466 du registre.

On retrouve la trace de G. Whelpton dans des archives de Seine Maritime le 21 novembre 1889 où il assiste, au Havre, en tant que témoin (avec Julien Monot) au mariage de François-Marie Le Quéré (pasteur baptiste au Havre) et de Françoise Célina Cécile (directrice d'école maternelle).

Leur fils Henri Edouard (qui deviendra pasteur à Perros et Lannion) est né le 13 juillet 1891 dans cette même ville du Havre et Eric Georges y est né  le 21 mars 1894 (déclaré le 24 à la mairie). D'après cet acte de naissance, leur domicile connu est alors situé au 22 rue de la ferme.





Départ du Havre 

Pour son départ, les protestants qui l'avaient bien connu lui ont offert un magnifique cadeau.
Il s'agit de 7 volumes d'une exégèse évangélique du docteur en théologie F. Godet : 3 volumes de commentaires sur l'Evangile de St Jean, 2 volumes de commentaires sur l'Evangile de St Luc et 2 volumes de commentaires sur les épitres aux Corinthiens.
 Une mention spéciale datée du 25 octobre 1894 est contenue dans un des volumes et indique : Offert à notre bien aimé pasteur M. George Whelpton, par les membres et amis de l'église place Gambetta. Le Havre. En souvenir de ses quatorze ans de ministère Fidèle et Dévoué.







Par les informations contenues dans un mémoire de J-Louis Prunier sur les missions des méthodistes, on apprend que  d'importantes responsabilités attendant George Whelpton. En effet, après la mort de William Gibson en 1895, la Conférence whesleyenne reprend son oeuvre et fonde à sa place un District d'évangélisation dont George Whelpton prend la tête jusqu'en 1898. Ce district de l'Ouest est alors incorporé dans le District du Nord.


Paris

En 1897, G. Whelpton habite Paris comme il est indiqué dans l'acte de décès de sa belle-mère pour lequel il est mentionné comme témoin le 12 janvier 1897 au Havre.
De 1898 à 1900, il est le responsable de l'évangélisation pour le district du Nord à Paris sous la direction d'Onésime Prunier.
En 1895 et 1898, les registres de l'Eglise méthodiste wheysleyenne mentionnent son adresse au 112 boulevard Malherbes puis en 1900 au numéro 4 de la rue Roquépine dans le 8ème arrondissement de Paris. C'est sur cet emplacement que se trouvait une chapelle méthodiste (appelée aussi Methodist Church avec un culte en anglais) construite en 1862, mais aujourd'hui disparue. Cette chapelle est mentionnée par le marquis de Rochegune dans son guide de Paris rédigé en 1909.

G. Whelpton fait connaissance avec la Bretagne en 1905, où avec le pasteur Jean Scarabin, il  effectue une mission dans la région de Perros-Guirec.



Angleterre

G. Whelpton retourne ensuite en Angleterre où devient le pasteur méthodiste de Trinity Church à Abingdon-on-Thames (au sud d'Oxford) dans le Berkshire. Son fils Eric est scolarisé à Abingdon School de 1906 à 1909 et à la Leys School de Cambridge, puis entre au Hertford College d'Oxford en 1913. il exerce aussi à Witney, Bedford, St Mary's. Durant le début de la guerre, il est aumônier militaire.





Haïti

Vers 1916, le pasteur part en mission à Haïti et il y reste pendant 14 ans. Les méthodistes sont implantés à Haïti depuis 1817. Depuis cette époque l’Église méthodiste a toujours cherché à promouvoir en particulier la tempérance, l'intégrité morale, l'éducation, la liberté religieuse et le dialogue, le développement de la langue créole, les méthodes nouvelles d'agriculture et d'élevage.



Retour en Bretagne

A son retour, le Synode de 1930 (Lasalle, 24-27 juin) envoie George Whelpton dès le mois de septembre pour assurer le poste du Légué (où il remplace l'étudiant Daniel Manach) et de St Brieuc (où il remplace Jean Scarabin). En 1931, la desserte du Légué est abandonnée pour se recentrer sur St Brieuc.
Whelpton quitte la Bretagne en septembre 1932.
Au moment de prendre sa retraite, il se retire au 50 Guessens road à Welwyn Garden City, une tranquille ville-jardin proche de Londres.
Il décède le 23 avril 1948 à Knaresborough House (n°7 Knaresborough Place) à Londres après une vie bien remplie à l'âge de 92 ans. Ses deux fils Eric et Henri furent ses héritiers.



Tombe de George Whelpton (1856-1848)


Sources

Archives du temple de St Brieuc

Archives de Seine Maritime 12 495 naissance, page 233 (acte de naissance de son fils Eric 21 mars 1894)


Généanet, mariage du pasteur François-Marie Quéré au Havre

Blog de Jean-Yves Carluer, les églises méthodistes au Havre 
 
Registre des pasteurs anglais.
Registre en ligne des Années 20, page 11, George Whelpton

Ministers and Probationers of the Méthodist Church.1932. 
Biographie des méthodistes. Lettre W


Site : My Wesleyan Methodist Ministers
Dans "General ressources" Minutes of several conversations. Conférences méthodistes...  Archives en ligne 1888 à 1900

Extrait de : « A short history of Wesleyan Methodist Foreign Missions ». John Telford. London
Taper Whelpton dans l'outil de recherche pour trouver la page 177-178 

Lien pour accéder à une traduction des pages évoquant George Whelpton.




 


Citation dans un article de 1899 

The Argosy Demerara 1885

Etat civil anglais (Merci à Diane Moore pour la transmission de tous ces documents)

Jean-Louis Prunier, mémoire Une présence protestante française en Kabylie (1885-1919) page 56

Mathieu Lelièvre, prédicateur. Dans Gallica.

Les oeuvres du protestantisme français au XIXe siècle : exposition universelle de Chicago, publiées sous la direction de Franck Puaux. 1893. (page où il est question de G. Whelpton)

Lien pour accéder à l'ouvrage complet cité plus haut. Paris. Le VIIIe arrondissement. Chantal de Saulieu. 1983 

Lien pour accéder à un article sur l'histoire du protestantisme (et donc du méthodisme) à Haïti







Aucun commentaire:

Publier un commentaire